Rémac élargit son expertise

L'obtention d'un contrat clé en main de 3 millions$ pour la réfection du pont... (Courtoisie)

Agrandir

Courtoisie

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) L'obtention d'un contrat clé en main de 3 millions$ pour la réfection du pont Corbeil, à Saint-Eustache, est l'occasion pour la firme régionale Rémac d'acquérir une nouvelle expertise dans la construction de pièces mécano-soudées en acier atmosphérique.

Depuis le mois d'août, les travailleurs de Rémac sont à l'oeuvre sur la structure de 350 pieds qui enjambe la rivière des Mille-Îles pour relier l'île Corbeil, où résident une vingtaine de citoyens, afin de procéder à la démolition de la structure d'acier et la rénovation des culées de béton, explique Vanessa Poulin, directrice des ventes, marketing et du personnel chez Rémac. Elle explique que le début des travaux a dû être retardé en raison de la période de nidification des hirondelles.

Afin d'éviter trop d'inconvénients aux citoyens de l'île, Rémac a reçu pour mandat d'aménager un pont temporaire reposant sur des caissons flottants et de fournir quatre chauffeurs qui se relaient 24 heures par jour pour assurer le déplacement des citoyens à partir du stationnement aménagé en bordure. «C'est nous qui effectuons les travaux d'aménagement du pont temporaire, mais le plus grand défi technologique est que l'on doit apprendre à travailler avec de l'acier atmosphérique, un procédé très peu utilisé", explique Mme Poulin. La particularité de ce matériau est qu'en s'oxydant en raison des éléments (pluie, humidité, etc.), cet acier développe une couche protectrice qui ne nécessite pas de protection supplémentaire avec de la peinture.

Afin de répondre aux exigences de ses clients, Saint-Eustache et le ministère des Transports, l'entreprise a dû faire subir à huit soudeurs une formation au soudage à l'arc submergé, spécialement utilisé pour ce type d'acier.

Quatre mois de travail

Au cours des quatre prochains mois, l'assemblage et le montage d'une dizaine de sections du futur pont en préfabrication, dont certaines auront une dimension plus de 50 pieds de longueur par 16 pieds de largeur, occupera entre 40 et 45 soudeurs 24 heures par jour. Lorsque ces pièces géantes livrées par convois routiers spéciaux seront à Saint-Eustache, aucun monteur d'acier ne sera requis pour le montage.

La nouvelle structure du pont, avec son tablier, devrait être livrée en avril prochain avec le retour des beaux jours.

Mme Poulin a indiqué que Rémac a présentement le vent dans les voiles. Depuis avril dernier, le nombre d'employés a pratiquement triplé pour se situer présentement à 80. La location d'un atelier a même été rendue nécessaire pour répondre au carnet de commandes.

Cette semaine, l'entreprise a reçu une autre bonne nouvelle puisqu'elle est le plus bas soumissionnaire conforme par la réalisation de la seconde phase du quai de Saint-Félicien.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer