La résidence Belle-Vue évacuée

Les neuf résidants forcés de quitter

Les résidants ont été escortés par leurs proches.... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Les résidants ont été escortés par leurs proches. Ils ont été relocalisés pour une période indéterminée.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

(SAINT-CHARLES-DE-BOURGET) Les pensionnaires de la résidence pour personnes âgées Belle-Vue, située à Saint-Charles-de-Bourget, ont été évacués d'urgence, hier. Des allégations de maltraitance planent sur l'organisation.

Hier matin vers 10 h 30, les policiers de la Sûreté du Québec ont été dépêchés au 368 rue du Presbytère pour porter assistance aux intervenants de l'Agence de la santé et des services sociaux. Pour le moment, aucune accusation n'a été déposée, mais deux enquêtes sont en cours.

«L'Agence mène une enquête concernant des allégations de maltraitance envers les résidants et nous menons également une enquête de notre côté», a indiqué le porte-parole de la Sûreté du Québec, Jean Tremblay.

Selon le porte-parole de l'Agence, Éric Émond, il y aurait des raisons de craindre pour la sécurité des pensionnaires. «Nous avons eu des informations qui nous ont poussés à relocaliser les pensionnaires. Les décisions ont été prises rapidement, on parle des dernières heures. Il est primordial de s'assurer de la sécurité et de l'intégrité physique de ces personnes plus vulnérables», a indiqué Éric Émond.

Les neuf résidants ont donc dû quitter leur logis, durant la journée d'hier. Certains ont été amenés dans des CHSLD de la région, alors que d'autres logeront chez des proches pour l'instant. Lors du passage du Quotidien sur les lieux, certains résidants qui devaient déménager se montraient surpris. «On est tellement bien ici. On est mieux qu'ailleurs. Je vais juste faire un petit tour et je vais revenir», a indiqué un homme âgé, alors qu'il attendait son transport.

La plupart des proches des résidants n'ont pas voulu s'adresser aux journalistes. «C'est désolant. Ma mère avait aménagé hier», a affirmé une dame, surprise de la situation.

Le propriétaire de la résidence Belle-Vue a catégoriquement refusé de parler aux médias. Il est resté à l'intérieur, en compagnie d'agents de la Sûreté du Québec et d'intervenants en services sociaux.

On ignore pour le moment quel genre d'actes de maltraitance auraient pu être posés. «Il n'y a pas d'accusation pour le moment. On parle de plainte de mauvais traitement, comme des voies de fait, par exemple», a indiqué Jean Tremblay.

Ce genre d'opération n'est pas chose courante dans la région. «Il s'agit d'un quatrième ou d'un cinquième cas. C'est assez rare», a indiqué Éric Émond. Les derniers événements de ce genre remontent à l'été 2013, alors que huit bénéficiaires de la résidence Beau-Séjour d'Hébertville avaient été évacués.

Le Résidence Belle-Vue accueille des personnes âgées autonomes et non autonomes souffrant de handicaps physiques. Ce n'est pas la première fois que l'Agence intervient à cet endroit. Toutefois, les propriétaires n'étaient pas les mêmes lors de la dernière intervention, a précisé Éric Émond.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer