Compressions dans les cégeps

Tous s'unissent contre l'austérité

Cégep de Chicoutimi.... ((Archives))

Agrandir

Cégep de Chicoutimi.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Jonquière) L'austérité budgétaire appliquée dans les cégeps de la région a fait l'objet d'une dénonciation unanime des associations étudiantes et syndicales, hier matin, alors qu'une dizaine de représentants entourés de nombreux étudiants se sont rassemblés dans le foyer de la Salle François-Brassard afin de haranguer le gouvernement Couillard.

Les associations étudiantes des quatre collèges, des représentants des employés de soutien, des enseignants et des professionnels ont pris la parole à tour de rôle afin de dénoncer les compressions supplémentaires de 19 M$ imposées à l'ensemble du réseau collégial. Ces millions s'ajoutent aux 109 M$ amputés depuis quatre ans dans le réseau.

Les dernières coupes devraient priver le Cégep de Chicoutimi de 360 000$, Jonquière de 340 000$, Saint-Félicien de 190 000$ tandis que le Collège d'Alma voit ses revenus décroître de 150 000$.

Parmi les orateurs, Engelbert Cottenoir, président du Conseil central de la CSN, s'en est pris à l'alignement gouvernemental qui ne vise, a-t-il soutenu, qu'à réduire la dette publique sans égard aux besoins de la population en général et aux étudiants.

«Nous, on croit qu'il y a des solutions possibles. Il n'y a pas de plan social au Québec. Il faut avoir le courage d'aller chercher les revenus où il y en a», a déclaré M. Cottenoir.

Marc Boucher, président du Syndicat des enseignants du Cégep de Jonquière, prétend que les coupes budgétaires toucheront les étudiants.

Selon lui, les étudiants qui éprouvent des difficultés au plan scolaire ou personnel seront les premiers touchés par des réductions de services des centres d'aide et de soutien aux cours de français, mathématiques, etc.

«Les étudiants qui vivent des problèmes particuliers, comme la dyslexie par exemple, qui ont des besoins en santé ou en psychologie, risquent d'écoper. Il faut investir dans nos jeunes. Le maintien des équipes sportives dans les collèges est aussi une façon d'intégrer nos jeunes», affirme M. Boucher.

Même son de cloche du côté de Manon Lessard, représentante du Syndicat des professionnels du gouvernement du Québec.

Selon elle, les services ont déjà été diminués dans bien des secteurs, certains étant offerts en prévention du suicide.

Les représentants ont invité le public à participer à la grande manifestation qui aura lieu à Québec et à Montréal dimanche pour dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer