Roger Belley reviendra en cour lundi

En début de semaine, la camionnette de Roger... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

En début de semaine, la camionnette de Roger Belley, identifiée au nom du Géant du lavage, se trouvait toujours sur le stationnement du Canadian Tire.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Chicoutimi) Roger Belley subira finalement son enquête de remise en liberté lundi prochain.

Une semaine après avoir été arrêté pour deux vols qualifiés, dont un à la pointe d'un couteau, Belley a avisé le juge Rosaire Larouche qu'il changeait d'avocat.

Après Me Olivier Théorêt vendredi dernier et Me Gitane Smith lundi, voilà que Belley confie son dossier au criminaliste Charles Cantin.

Comme ce dernier n'a pas encore été en mesure de prendre connaissance de l'ensemble de la preuve recueillie par le ministère public, il a demandé un nouveau délai au tribunal.

Belley fait face à des accusations de vol à l'étalage au Canadian Tire de Chicoutimi et d'un vol qualifié au même commerce. Il s'y était présenté une première fois et avait notamment dérobé des bottes et des bas de laine. Il est retourné au même commerce le lendemain, mais a été remarqué par un agent de sécurité. Lorsque celui-ci a voulu l'intercepter, Belley l'aurait avisé de ne rien tenter, car il était en possession d'un couteau.

Dans la même trame factuelle, l'homme de 53 ans a pris la fuite en direction du magasin Archambault, sur Talbot, à Chicoutimi. En arrivant sur les lieux, il s'est approché d'une automobile dont la fenêtre du côté conducteur était abaissée.

Selon le témoignage de la victime, Marc-André Bergeron, Belley lui a placé la lame du couteau sur le cou, lui ordonnant de lui remettre son véhicule. Le jeune homme n'a fait ni un ni deux et est sorti rapidement. Il s'est réfugié chez Archambault où les gardiens de sécurité avaient déjà avisé les policiers de la situation.

Belley, domicilié sur la route 172 à Saint-Ambroise, a été appréhendé quelques minutes plus tard sur le terrain d'un citoyen qui avait remarqué qu'un individu rôdait sur sa propriété.

Le nouvel avocat au dossier estime être en mesure de fournir les garanties nécessaires pour la remise en liberté de son client.

Dans un autre ordre d'idée, Jean-François Tremblay, de Lac-Kénogami, n'a pas causé des blessures à un enfant, mais plutôt à un jeune adulte, lors de sa conduite téméraire du mois de septembre 2010 à Lac-Kénogami. Il est accusé de conduite dangereuse causant des lésions. Il aura sa sentence au printemps.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer