Investissement de 30 millions $

Un four de 815 tonnes

Le nouveau four d'environ 800 tonnes, photographié à... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Le nouveau four d'environ 800 tonnes, photographié à sa base, permettra de hausser la capacité de production annuelle de ferrosilicium de 10 à 15 % pour un total de 45 000 tonnes.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Samedi, le 6 décembre prochain, devrait marquer l'histoire de l'usine de ferrosilicium Elkem, du chemin de la Réserve à Chicoutimi, alors que l'entreprise mettra en marche son quatrième four depuis l'aménagement de l'usine en 1967.

Depuis le 5 octobre dernier, les cheminées de l'usine ont cessé d'émettre leur fumée, puisque c'est à ce moment que 150 travailleurs de la construction sont entrés en action 24 heures par jour pour démanteler l'ancien four d'un poids total d'environ 815 tonnes et le remplacer par un nouveau de plus grande capacité. Les garnitures de réfractaires, les diverses composantes du plancher et du plafond, du système d'aspiration des gaz et fumées ont été démantelés puis remplacés tandis que la capacité de la sous-station électrique a été augmentée.

Lors d'une visite de chantier effectuée en compagnie de Pierre Gauthier, président et directeur des affaires stratégiques chez Elkem, ce dernier a expliqué que l'ancien four de forme conique conçu par Demag est remplacé par une technologie de conception complètement Elkem. Lors de la visite au coeur du four d'un diamètre de 10,5 mètres et de 5,5 mètres de hauteur muni de trois électrodes de 59 pouces de diamètre, M. Gauthier a demandé d'éviter de photographier certaines composantes afin de préserver certains secrets industriels. « Ce nouveau four augmentera la capacité de production de ferrosilicium de 10 à 15 %, ce qui nous permettra de produire 45 000 tonnes annuellement. Notre intention est d'améliorer la rentabilité de l'usine. L'investissement de 30 M$ assure la pérennité de l'usine pour les 20 à 25 prochaines années à moins d'un crash économique mondial », affirme M. Gauthier.

Outre la production supplémentaire de ferrosilicium, l'usine Elkem augmentera sa profitabilité par la plus grande production de vapeur qu'elle livrera à Rio Tinto Alcan pour l'usine Vaudreuil. M. Gauthier estime la hausse de 30 % à 35 %.

Comme tout chantier en fin de course, l'usine ressemblait hier à une fourmilière puisque chaque journée d'arrêt de production se traduit par des dollars laissés sur la table. Jusqu'à maintenant, la direction se montre très satisfaite de l'efficacité des travailleurs sur le chantier puisqu'il aurait pu être nécessaire d'accorder un mois de plus pour le redémarrage des installations.

Le président de Elkem affirme que le principal défi du chantier, dont Elkem est le maître d'oeuvre, a été la gestion d'un aussi grand volume de travailleurs. Environ 100 travailleurs de la construction sont actifs pendant le jour, un volume qui baisse à 50 la nuit, excluant les professionnels en ingénierie. La plupart des sous-traitants proviennent du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer