Trois témoins rencontrés il y a deux mois

L'affaire Noël intéresse l'UPAC

Le président de l'arrondissement de Jonquière, Bernard Noël,... ((Archives))

Agrandir

Le président de l'arrondissement de Jonquière, Bernard Noël, fait l'objet d'une enquête menée par l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Chicoutimi) Le président de l'arrondissement de Jonquière, Bernard Noël, fait l'objet d'une enquête menée par l'Unité permanente anticorruption (UPAC).

Selon nos informations, des représentants de l'Escouade Marteau, la branche policière de l'UPAC chargée d'enquêter sur la corruption et la collusion dans le monde municipal, ont interrogé trois personnes gravitant autour de l'organisation du Grand Prix cycliste de Saguenay. L'objectif est de faire la lumière sur les événements entourant le voyage en France du conseiller municipal en 2013. Bernard Noël s'est rendu à Nice pour assister à une étape du Tour de France avec des membres de sa famille. Le voyage a été réalisé sans l'aval du conseil d'administration et a été payé grâce à une subvention de 10 000$ versée par Promotion Saguenay. Le conseiller Noël a remboursé les billets d'avion de son épouse et de sa fille, de même que tous les frais d'hébergement. Le remboursement est survenu plusieurs mois plus tard, après la mise au jour du périple en Europe de Fabien Hovington et d'une délégation du Festival forestier de Shipshaw.

Témoins

Selon les informations recueillies auprès de sources crédibles et colligées par Le Progrès-Dimanche, l'ancien directeur général du Grand Prix cycliste (autrefois la Coupe des nations), Lauréat Larouche, a été rencontré comme témoin par des enquêteurs de la région de Québec il y a près de deux mois. En entrevue au Quotidien en septembre dernier, l'ex-DG avait affirmé que Bernard Noël s'était rendu à Nice avec la bénédiction du maire Jean Tremblay et du grand patron de Promotion Saguenay, Ghislain Harvey. Le voyage était selon lui une récompense offerte au conseiller Noël pour souligner son implication exemplaire dans l'organisation de la finale des Jeux du Québec à Saguenay. Ces affirmations ont par la suite été démenties par Bernard Noël.

Il n'a pas été possible d'interroger M. Larouche, celui-ci séjournant présentement à l'extérieur du pays.

Toujours selon nos sources, l'UPAC a également rencontré le trésorier du conseil d'administration, Réjean Maltais, et l'adjointe administrative, Christiane Côté. Nous n'avons pu joindre Réjean Maltais, mais nous avons brièvement discuté avec Mme Côté par téléphone. Ébranlée par notre appel, elle n'a pas voulu confirmer la tenue d'une rencontre avec les représentants de l'Escouade Marteau.

«Je ne peux pas en parler. Tout ce dossier-là a eu des conséquences sur ma santé. Juste vous parler me bouleverse», a-t-elle indiqué, la voix fragile. Christiane Côté, une employée de Promotion Saguenay, a reçu l'ordre du conseil d'administration de la Coupe des nations de ne pas répondre aux questions des médias. C'est du moins ce qu'a signifié le directeur général, Gaétan Larouche, qui soutient ne pas avoir eu vent de l'entrée en scène de l'UPAC dans l'affaire Noël, en dépit du fait que trois personnes gravitant autour de son organisation aient été rencontrées, dont son propre frère.

«Si c'est vrai qu'une enquête est en cours, ces personnes-là ont dû recevoir comme consigne de ne pas en parler. Si on est rendus là, ça devient sérieux», s'est-il contenté de dire.

Confidentiel

L'UPAC, dont le mandat est de lutter contre la corruption, la collusion et la malversation au Québec, a précisé que toutes ses enquêtes sont confidentielles. Sa porte-parole, Anne-Frédérique Laurence, n'a donc émis aucun commentaire au sujet du dossier Bernard Noël. Nous avons toutefois appris qu'une plainte formelle impliquant le conseiller d'Arvida a été formulée à l'UPAC il y a quelques semaines. Au cours d'un bref entretien téléphonique, l'échevin Noël a dit tout ignorer de l'existence d'une enquête et a affirmé qu'il ne savait pas que des membres de la Coupe des nations ont été interrogés par l'UPAC. Même son de cloche du côté du maire Jean Tremblay qui a fait valoir, par le biais du service des communications, qu'il n'est au courant d'aucun développement. Huit plaintes concernant Saguenay sont toujours en cours de traitement au ministère des Affaires municipales et de l'Occupation du territoire (MAMOT).

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer