Intimidation à l'école

Les jeunes dénoncent plus vite

L'intimidation est toujours présente dans les écoles. Les... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

L'intimidation est toujours présente dans les écoles. Les victimes comme les témoins ont toutefois plus tendance à dénoncer rapidement.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) L'intimidation. Un phénomène qui existe depuis toujours. Un sujet qui fait couler beaucoup d'encre. En 2012, le gouvernement adoptait la Loi 56, Loi visant à prévenir et à combattre l'intimidation et la violence à l'école, obligeant les commissions scolaires à mettre sur pied des plans d'action. Deux ans plus tard, qu'en est-il dans nos écoles? La prévention et la sensibilisation ont-ils fait changer les choses?

L'intimidation n'est pas disparue des écoles primaires et secondaires, mais l'impact de la sensibilisation et de la mise en place de règles se font tout de même sentir dans les établissements scolaires de la région. Les jeunes dénoncent plus rapidement, les intervenants eux, se sentent mieux outillés.

«L'intimidation, c'est le même phénomène qu'à l'époque, sauf qu'aujourd'hui, on n'en veut plus. Quand un étudiant rentre dans une école, il doit se sentir en sécurité comme à la maison.» Louise Grandmaison, travailleuse sociale à la Commission scolaire des Rives-Du-Saguenay côtoie les jeunes tous les jours. Des cas d'intimidation, elle en a vu plusieurs. De toutes sortes.

Depuis l'entrée en vigueur de la Loi 56, elle estime que leur nombre est similaire. Mais elle admet qu'elle se sent maintenant mieux outillée pour y faire face. Tout comme l'ensemble du personnel scolaire.

«La Loi 56 nous donne des outils pour intervenir. Les règles sont strictes. Ça nous donne plus de poigne. L'impact social a beaucoup aidé. Maintenant, on a une conscience sociale, pas juste scolaire, mais ce n'est pas parce que la loi est déposée qu'on ne faisait rien avant. Ça bonifie notre intervention», estime-t-elle.

Lors de la mise en place de la loi, tous les employés ont été rencontrés, ce qui a permis d'uniformiser les interventions.

«Lorsqu'un membre du personnel intervient auprès de jeunes du primaire, il se sent en contrôle. Avec les adolescents, ce n'est pas nécessairement le cas, il y a beaucoup de craintes, même physiques», affirme Josée Gaudreault, directrice des services éducatifs jeunes à la Commission scolaire des Rives-Du-Saguenay. «La loi a un effet dissuasif et permet d'expliquer les conséquences des gestes qui peuvent devenir des voies de fait dès l'âge de 12 ans.»

De leur côté, les élèves dénoncent plus facilement.

Tanya Côté, technicienne en éducation spécialisée à l'école Notre-Dame du Rosaire de Jonquière, est catégorique. "Ça dénonce beaucoup plus», affirme l'intervenante qui voit l'avenir avec optimisme. «Déjà, on voit que les enfants qui en entendent parler depuis qu'ils sont petits sont capables de dénoncer pour quelqu'un d'autre et de se parler entre eux. Il y a beaucoup moins de cas d'intimidation. Dans quelques années, il y aura certainement un impact puisque les enfants auront été sensibilisés dès leur jeune âge.»

Louise Grandmaison abonde dans le même sens. «Les jeunes dénoncent vraiment plus et plus rapidement. Avec la loi, ils n'ont pas peur. Certains dénoncent pour d'autres et on encense ce geste», raconte celle qui souligne que la crainte de se voir exposé aux agresseurs en dénonçant est encore présente. «Je leur explique comment je vais m'y prendre pour ne pas dévoiler qui m'a avisé de la situation, il faut rassurer les dénonciateurs», affirme-t-elle.

Selon les intervenantes, neuf interventions sur dix permettent de mettre fin à l'intimidation.

Les parents, qui sont avisés dans les cas d'intimidation, sont également collaborateurs. " Je dirais que 75% des parents sont contents quand on intervient, et ce, que leur enfant soit intimidé ou intimidateur», assure Louise Grandmaison.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer