Le gel approche

Le couple craint d'importants dommages

André Goyette et Annie Gagné attendaient le branchement... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

André Goyette et Annie Gagné attendaient le branchement d'électricité pour le 21 octobre. Mais voilà qu'Hydro-Québec a retardé d'un mois leur venue, faisant craindre le pire au couple qui a construit leur maison sur une dalle de béton.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(Alma) Au moment où Hydro-Québec fait les manchettes pour un record de débranchements, une famille de Saint-Gédéon peine à se faire brancher au réseau électrique.

Alors que l'hiver s'installe, André Goyette et Annie Gagné attendent avec impatience l'arrivée de l'électricité dans leur nouvelle résidence du rang des Îles. L'électricien du couple a contacté Hydro-Québec le 6 août pour une demande de branchement, impliquant l'ajout d'un poteau. Après quelques appels supplémentaires pour obtenir une réponse sur le délai, André Goyette obtient la date du 21 octobre, ce qui lui convient. Mais voilà que les équipes de la société d'État ont à nouveau retardé ce travail, faisant craindre le pire aux propriétaires de la maison construite sur une dalle de béton.

« La réponse qu'ils nous ont donnée c'est la fin novembre. Et ça, c'est si tout se déroule dans le meilleur des mondes. Mais en étant sur une dalle, il ne faut pas courir de risque avec le gel. Il y a des risques de fissures, il peut y avoir de l'infiltration. Il y a les planchers chauffants aussi qui peuvent briser. L'entrée d'eau, à -10, ça peut péter. On est inquiets. Si ça arrive, on parle d'importantes réclamations. C'est sûr qu'il y aura des poursuites de notre part », lance M. Goyette, rencontré à sa résidence qui est toujours en construction.

Ce dernier estime ces délais interminables et surtout inacceptables.

Joint par Le Quotidien, l'électricien du couple évalue quant à lui qu'Hydro-Québec est hors délai. D'autres de ses clients seraient d'ailleurs dans la même situation.

Porte-parole régionale d'Hydro-Québec, Alexandra Fortin confirme le retard.

« Nous avons effectivement dépassé nos délais moyens pour le raccordement de la nouvelle résidence de ces clients. Cette demande a fait l'objet d'analyses distinctes afin de bien respecter le besoin de nos clients et de confier le travail à l'équipe la plus qualifiée. Cette démarche a fait en sorte d'augmenter le délai de traitement de la demande. Dans les circonstances, ce raccordement a toutefois été priorisé et nos équipes vont tout mettre en oeuvre pour agir plus rapidement possible », répond par courriel Mme Fortin, précisant que ce délai n'est pas relié à un manque d'effectifs.

André Goyette et Annie Gagné espèrent quant à eux un branchement des plus rapide.

« Les gens chez Hydro-Québec, on a de bons contacts avec eux. Le problème, c'est que tout le monde se relance la balle. On parle à des gens différents à chaque fois qu'on appelle. La société d'État est engourdie », constate M. Goyette, qui a dû relancer Hydro-Québec toutes les 48 h pour s'assurer, en vain, de leur venue à son domicile.

« Ils ont le monopole. Si c'était dans le privé, ça serait bien plus rapide. Le service serait meilleur », croit-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer