L'UQAC astreinte à un déficit de 815 000 $

Université du Québec à Chicoutimi (UQAC... ((Archives))

Agrandir

Université du Québec à Chicoutimi (UQAC

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Les compressions budgétaires imposées par Québec incitent le conseil d'administration de l'UQAC à adopter un budget révisé prévoyant un déficit de 815 000 $.

Réunis en séance spéciale hier matin, les membres du conseil ont été astreints à des efforts supplémentaires dans la foulée du budget déposé le 4 juin dernier par le ministre des Finances, Carlos Leitao. En avril dernier, le budget initial de l'UQAC prévoyait dégager un surplus de près de 100 000 $, ce qui aurait permis de devancer les prévisions du plan de retour à l'équilibre présenté en 2012, un plan accepté par Québec.

Le porte-parole de l'UQAC, Jean Wauthier, a mentionné que les compressions de 4 M$ pour l'exercice en cours confirmées par le ministre de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de la Science, se sont soldées par des gels d'embauche, des postes qui n'ont pas été comblés, des congés sabbatiques qui ne peuvent être accordés ainsi que la disparition de deux publications de l'établissement. « Tous les secteurs de l'UAC ont été mis à contribution pour un total de 3,1 M$, d'où le déficit de 815 000 $. Comme il ne reste que cinq mois à l'exercice budgétaire, il était difficile d'atteindre l'équilibre. »

Selon lui, il est impensable que l'université puisse vivre encore de telles compressions pendant des années.

Le recteur Martin Gauthier a indiqué que Québec et la société en général doivent réaliser qu'il deviendra impératif dans les années futures de trouver un moyen d'investir massivement dans le réseau universitaire sans quoi la qualité et la compétitivité des universités pourraient être mises en péril. Le recteur a rappelé que le réseau universitaire du Québec souffre d'un manque à gagner de plus de 875 M$ avant les compressions par rapport à la moyenne des universités canadiennes et que ce sous-financement a été reconnu par les deux précédents gouvernements.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer