Fermeture du Théâtre Palace Arvida

Baisse des affaires au Carré Davis

Le conseiller municipal Carl Dufour et la présidente... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Le conseiller municipal Carl Dufour et la présidente de la Corporation de développement économique et culturel d'Arvida, Émilie Gauthier, notent une baisse d'achalandage dans les commerces du Carré Davis depuis la fermeture du Théâtre Palace Arvida.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(ARVIDA) Le portrait de santé du Théâtre Palace Arvida ne sera pas connu avant le début de 2015. Saguenay vient de lancer un appel d'offres pour l'analyse complète du bâtiment fermé inopinément il y a trois semaines parce que des particules pouvant être de l'amiante ont été décelées à l'intérieur du bâtiment.

Conseiller municipal responsable du centre-ville d'Arvida, Carl Dufour a bien hâte d'en avoir le coeur net. Il déplore le fait que l'immeuble demeurera fermé pendant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, mais convient qu'il s'agit là d'une nécessité.

«On ne veut rien faire de précipité pour ne pas mettre les gens en danger. La priorité est aussi de s'assurer que le bâtiment soit maintenu dans son cachet actuel», dit le conseiller municipal. Carl Dufour ne se cache pas pour dire qu'«on a trop attendu pour certains bâtiments à Saguenay». Il fait ainsi référence à l'église Fatima et à l'ancien hôtel de ville de Kénogami. Dans le cas de l'église, il est trop tard et, au mieux, le temple sera converti en monument illuminé. Pour Kénogami, des travaux majeurs sont requis puisque la structure du bâtiment est sérieusement atteinte.

«Le Palace ne peut pas disparaître du Carré Davis. Cette bâtisse-là est d'une importance capitale pour Arvida. Tu enlèves ça et tu mets un oeil au beurre noir sur le centre-ville. Ce serait une catastrophe», martèle Carl Dufour. Il précise que dans les circonstances, l'agrandissement du Palace, un projet pouvant comporter l'ajout d'un studio de captation en collaboration avec le Cégep de Jonquière, est relégué aux calendes grecques.

Commerçants

Les commerçants d'Arvida subissent les contrecoups de la fermeture de la pittoresque salle de spectacles regroupée sous l'égide de Diffusion Saguenay. Les clients sont moins nombreux dans les bistros et les restaurants de la rue Davis. Même les boutiques remarquent une baisse marquée de leurs ventes depuis que le Palace ne présente plus de spectacles.

«Le Palace fait venir des gens de partout. Ils vont au resto avant le show et il y a plusieurs femmes qui viennent s'acheter une nouvelle tenue avant de sortir. Vous seriez surpris de voir combien de clientes arrivent à la boutique, s'achètent des vêtements et repartent avec les leurs dans un sac», illustre Émilie Gauthier, propriétaire de la Boutique Marie-Josée. Également présidente de la Corporation de développement économique et culturel d'Arvida, la commerçante note que l'impact est généralisé au sein de la communauté d'affaires du Carré Davis.

Carl Dufour et Émilie Gauthier signalent que la fermeture du Palace jette une ombre au tableau puisque le Carré Davis connaît, depuis 2009, un essor important. Le commerce se porte bien et plusieurs projets ont été annoncés pour ce secteur névralgique du quartier Sainte-Thérèse. Le nouvel immeuble de Revenu Québec sera livré en 2016 et la revitalisation du boulevard Mellon devrait se poursuivre au fil des prochains mois. Carl Dufour rappelle qu'il aimerait enjoliver le secteur de l'ancien restaurant Poulet frit Kentucky et de la station-service Ultramar.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer