La gestion de l'offre du lait en péril

Cri du coeur de Michel Potvin

Selon le producteur laitier Michel Potvin, le système... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Selon le producteur laitier Michel Potvin, le système actuel de mise en marché qui protège les fermes familiales canadiennes ne survivra pas à un autre gouvernement conservateur.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) La décision du gouvernement conservateur d'accepter l'importation de fromage sans aucune barrière tarifaire en provenance de l'Union européenne peut être assimilée au début de la fin du système canadien de gestion de l'offre pour les producteurs laitiers concentrés au Québec et en Ontario.

Le producteur laitier chicoutimien Michel Potvin suit de très près les grandes tendances de l'industrie laitière mondiale et compare cette décision du gouvernement à un trou dans un barrage.

«Même si un barrage est très solide, à partir du moment où il y a un petit trou dans la structure et qu'il n'est pas réparé, le barrage se désintègre lentement jusqu'à un point de rupture. Le premier ministre Stephen Harper a creusé ce petit trou en acceptant que l'Europe fasse entrer au Canada l'équivalent et un peu plus de la production laitière du Saguenay-Lac-Saint-Jean sous forme de fromage», analyse l'agriculteur.

La nouvelle est passée inaperçue pendant les vacances, mais les Américains ont logé exactement la même demande que l'Union européenne pour accéder au marché canadien. Michel Potvin est convaincu que l'Australie et la Nouvelle-Zélande vont également cogner à la porte par le réseau Asie-Pacifique qui a pour mandant de faciliter la libéralisation des échanges commerciaux.

«Ces deux pays produisent chacun 10 milliards de litres de lait. Ce sont des pays qui possèdent les infrastructures à la fine pointe de la technologie pour exporter sur les marchés internationaux et ils vont certainement faire des pressions pour obtenir un accès à nos marchés. Que ce soit sous forme de fromage ou autre, quand on permet l'entrée sans tarif de produits laitiers, c'est le lait canadien qui voit ses différents marchés de transformation réduits», reprend Michel Potvin.

Pour ce dernier, le système actuel de mise en marché qui protège les fermes familiales canadiennes ne survivra pas à un autre gouvernement conservateur. «C'est normal, ce sont des gens de l'Ouest qui veulent des marchés libres. Ils ont toujours fonctionné avec ce système pour le grain, le boeuf ou le porc. Ils sont donc sensibles à ces arguments.»

L'agriculteur est visiblement inquiet devant l'absence de réaction des producteurs de lait face à la conclusion de l'entente avec l'Union européenne. Michel Potvin et un groupe de producteurs ont tenté sans succès de sensibiliser le syndicat des producteurs de lait de la région à cette réalité et aux conséquences de la première brèche réalisée par le gouvernement fédéral dans le système.

«Si le système de gestion de l'offre tombe, nous devrons nous organiser pour adopter le principe de la production de très grands volumes de lait afin de réaliser des économies de production comme le font les Américains. On oublie que nous ne sommes pas dans les mêmes climats qu'aux États-Unis et en Europe et que ça demande toute une adaptation. Les producteurs du Québec ne sont pas prêts à ce changement.»

La différence de prix entre le système américain, qui est basé sur un libre marché, et celui de la gestion de la demande est énorme. Un agriculteur américain peut vendre son lait pour un prix moyen de 50$ l'hectolitre alors que le producteur canadien reçoit dans le système de gestion de l'offre 70$ pour le même produit.

«Faut pas se mettre la tête dans le sable, on a reçu une flèche pas loin du coeur lancée par le gouvernement Harper et on a peur de se faire soigner. Dans la région, au minimum 50% des fermes laitières vont disparaître avec la fin du système de gestion de l'offre», a conclu Michel Potvin.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer