Groupe EDF Énergie nouvelle, Développement Éolectric et Kruger Énergie

Trois demandes pour 150 MW

EDF Énergie nouvelle profite de cet appel d'offres... ((Archives))

Agrandir

EDF Énergie nouvelle profite de cet appel d'offres pour tenter d'agrandir son parc d'éoliennes en ce moment en construction et connu sous le nom du projet Rivière-du-Moulin.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Trois entreprises ont déposé cinq soumissions totalisant 468 mégawatts dans le cadre d'un appel d'offres d'achat d'énergie éolienne totalisant 450 MW à un prix plafond de 0,09 $ le kilowatt/heure et des dates de livraison en décembre 2016 et décembre 2017.

Pour l'ensemble de la province, Hydro-Québec a retenu 54 soumissions totalisant 6227 mégawatts. La société d'État choisira au terme de son processus de sélection des projets totalisant 300 mégawatts pour la région de la Gaspésie-Îles-de-la Madeleine et 150 mégawatts pour les autres régions du Québec.

Le Groupe EDF Énergie nouvelle est celui qui tente le grand coup en déposant un projet en trois variantes pour un maximum de production de 99 mégawatts. L'entreprise profite de cet appel d'offres pour tenter d'agrandir son parc d'éoliennes en ce moment en construction et connu sous le nom du projet Rivière-du-Moulin. Les éoliennes, si jamais ce projet est retenu, seront érigées sur le territoire de Charlevoix.

Le nouveau projet d'EDF Énergie nouvelle, dont le milieu local identifié comprendrait les MRC du Fjord-du-Saguenay et Charlevoix, porte le nouveau nom du Parc éolien Cyriac, du nom de la rivière qui coule dans la zone retenue qui enjambe les deux territoires non organisés. En plus des deux MRC, le parc s'étend jusque dans le territoire de la région de la Capitale nationale.

EDF Énergie nouvelle tentera visiblement de mettre à profit des infrastructures déjà en place. Elle complète en ce moment la construction du parc Rivière-du-Moulin qui représente une capacité installée de 350 mégawatts. Le parc est relié au réseau de distribution d'Hydro-Québec par une nouvelle ligne de transport d'énergie construite par TransÉnergie, une filiale d'Hydro-Québec.

Selon Alex Couture, directeur du développement de projet pour le Québec, le projet déposé propose de brancher les nouvelles éoliennes sur la ligne à partir du poste du parc d'éoliennes Rivière-du-Moulin. " Pour nous, il y a un avantage dans les délais. Nous devons livrer l'énergie dans des délais très serrés ", a expliqué Alex Couture.

La soumission la plus ambitieuse a été déposée par l'entreprise Développement Éolectric. Les constituantes du milieu local sont les bandes indiennes de Mashteuiatsh, Pessamit et Essipit. Le projet sera réalisé à l'intérieur des limites de la municipalité de L'Anse-Saint-Jean et de la MRC du Fjord-du-Saguenay. Il doit se déployer dans la zone du lac des Hauteurs à proximité de L'Anse-Saint-Jean et propose à Hydro-Québec une puissance de 150 mégawatts. Le maire de L'Anse-Saint-Jean, Lucien Martel, expliquait à la radio hier qu'il n'y avait pas de problème pour l'acceptabilité sociale puisque le parc n'hypothéquera pas les paysages montagneux de la municipalité.

Kruger Énergie, une entreprise appartenant à la famille Kruger de l'industrie du papier, a présenté un projet de 73,6 mégawatts pour le secteur de la rivière aux Canots. Il s'agit d'un projet dans le secteur du mont Apica, dans la Réserve faunique des Laurentides. La MRC de Lac-Saint-Jean-Est est identifiée comme la constituante du milieu local qui bénéficiera des retombées advenant la mise en service d'un parc dans ce secteur. Selon le directeur général de la MRC de Lac-Saint-Jean Est, Sabin Larouche, les redevances pour un projet de cette puissance sont de l'ordre de 400 000 $ par année. Il n'y a cependant pas d'entente entre Kruger et la MRC pour un partenariat financier.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer