Forage des piliers du pont de Saint-Félicien

Poursuite de 7,7 M$ contre le MTQ

La compagnie Petrifond qui a fait les forages... ((Photo Louis Potvin))

Agrandir

La compagnie Petrifond qui a fait les forages au pont de Saint-Félicien poursuit le MTQ et Aecon Québec pour 7,7M$.

(Photo Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-FÉLICIEN) L'entreprise Petrifond fondation poursuit pour 7,7 M$ le ministère des Transports et Aecon Québec pour des travaux réalisés sur le pont de Saint-Félicien entre 2009 et 2012.

Cette requête déposée en Cour supérieure du Québec vise les travaux de forage du roc qui, selon les demandeurs, ont été plus compliqués que ce qui avait été prévu au contrat.

Petrifond reproche au MTQ d'avoir fourni des études géotechniques qui étaient erronées, car le roc était beaucoup plus dur que ce qui avait été estimé. Donc, la conception des travaux n'était pas appropriée pour le type de surface. Le choix de la méthode de forage par trépanage n'était pas suffisamment efficace dans les circonstances.

Petrifond a donc soumissionné à la lumière des informations contenues dans l'appel d'offres, soit une somme de 5,1 M$. La construction du pont a nécessité un investissement de 56,6 M$.

Pétrifond affirme avoir réalisé les travaux malgré les difficultés rencontrées. Elle aurait avisé le MTQ et Aecon des difficultés de forer dans ce type de roc avec la méthode utilisée et tenté d'obtenir une compensation pour les dépenses supplémentaires, en plus de ne pas être pénalisée pour le retard des travaux. Ce qui n'a pas été accepté.

Dans la requête, la compagnie explique qu'il était beaucoup plus long de faire les forages.

Au lieu de composer avec du gneiss granitique, comme le démontrait les études du MTQ, la compagnie a frappé de la migmatite. « En l'instance la nature du roc et la nature des minéraux qui la composent augmentent son «abrasivité» et la difficulté de pénétration », lit-on dans le document de cour. Résultat: beaucoup plus long et couteux de faire le forage.

Pour la phase I des travaux, le prix de forage au mètre était évalué 50 700 $ alors que Petrifond a dépensé plus de 242 000 $, soit 378 % de plus. Pour la phase II, les coûts ont été de plus de 270 000 du mètre.

La compagnie n'aurait pas lésiné à ajouter des travailleurs et des équipements pour exécuter les travaux dans les meilleurs délais. Ce qui a fait gonfler de 7,2 M$ la réalisation des travaux.

Voyant les difficultés rencontrées, la compagnie a proposé des méthodes alternatives de forage qui n'ont pas été retenues par la firme de génie.

Pour étoffer sa preuve et tenter de convaincre le MTQ et l'entrepreneur général concernant la dureté du roc, Petrifond a commandé de nouvelles études auprès de la firme Qualitas. Elles démontrent une résistance moyenne supérieure de 40 % à celle avancée par le MTQ. La compagnie a ensuite demandé à quatre experts de comparer les études géotechniques. Ils confirment les conclusions de Petrifond.

AECON

Dans un même élan, Petrifond poursuit Aecon Québec et sa compagnie d'assurance parce que l'entrepreneur général serait responsable des coûts supplémentaires encourus. Aecon aurait commis les fautes suivantes : « avoir retardé de lui remettre les études géotechniques, de ne pas avoir donné l'accès au chantier dans les délais prévus, d'avoir effectué des retenues contractuelles, de ne pas avoir accepté la réclamation et de la transmettre au MTQ et de ne pas l'avoir supporté dans ses démarches », allègue la poursuite.

D'ailleurs, Petrifond réclame une somme de 830 216 $ à Aecon, soit l'équivalent de la retenue pour les retards dans la réalisation des travaux.

Le MTQ n'a pas voulu commenter cette poursuite qui est toujours devant les tribunaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer