Luc Boivin, président du CLD de Saguenay

«Une décision sauvage»

En colère, le président du CLD de Saguenay,... ((Archives))

Agrandir

En colère, le président du CLD de Saguenay, Luc Boivin, qualifie de « sauvage » la décision du gouvernement Couillard d'annoncer coup sur coup, dans son nouveau pacte fiscal transitoire, non seulement la fin des Centres locaux de développement (CLD), mais aussi des coupes de 300 M$ aux municipalités, la fin des Conférences régionale des élus (CRÉ), en plus d'un statut particulier pour les villes de Québec et Montréal.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) En colère, le président du CLD de Saguenay, Luc Boivin, qualifie de « sauvage » la décision du gouvernement Couillard d'annoncer coup sur coup, dans son nouveau pacte fiscal transitoire, non seulement la fin des Centres locaux de développement (CLD), mais aussi des coupes de 300 M$ aux municipalités, la fin des Conférences régionale des élus (CRÉ), en plus d'un statut particulier pour les villes de Québec et Montréal.

M. Boivin a pris connaissance du nouveau pacte fiscal que co-signeront les maires de Québec et Montréal, Régis Labeaume et Denis Coderre, avec le premier Couillard et les présidents de la Fédération québécoise des municipalités et de l'Union des municipaliltés du Québec. « Présentement, on attend la signature officielle du pacte fiscal. On vient d'être vendus par Québec et Montréal. Ils vont signer ça avec le sourire », affirme M. Boivin.

Dans ce document, Québec propose une nouvelle gouvernance de développement régional avec l'abolition des CRÉ et l'exercice direct par les MRC des compétences en matière de développement économique local et de soutien à l'entrepreneuriat. Ces compétences ne peuvent être confiées à une autre entité. Les Fonds locaux d'investissement, qui permettent l'octroi d'un soutien financier sous forme de prêt ou de garantie de prêt, seront transférés aux MRC, sans réduction. Un fonds de développement des territoires de 100 M$ est constitué en 2013 à l'intention des MRC et d'une communauté métropolitaine à partir du Fonds de développement régional, après liquidation des engagements des CRÉ, du solde de l'aide au développement économique local, de l'enveloppe prévue au programme d'aide aux MRC et de l'enveloppe des pactes ruraux et des agents de développement rural en poste.

CLD

En ce qui a trait à la disparition des CLD, M. Boivin se demande comment l'aide et l'expertise acquise depuis plusieurs années pourront être mises à la disposition des entreprises. Il rappelle que les agents de développement au sein des CLD apportent un soutien très concret aux créateurs d'entreprises. La gestion du Fond local d'infrastructures (FLI), ainsi qu'un fonds géré pour le compte de Rio Tinto Alcan, relève également des CLD. M. Boivin souligne que le grand avantage des CLD est d'avoir pu s'adapter en fonction des besoins de chaque milieu. Selon lui, ils ont permis à des entreprises comme la Voie Maltée, la Boulangerie du Royaume et Métatube de naître.

M. Boivin entend réunir son conseil d'administration très prochainement tout en confirmant que les mises à pied pourraient être annoncées dès vendredi.

Même s'il y a possibilité que le CLD du Fjord puisse être incorporé à Promotion Saguenay, M. Boivin mentionne qu'il faut de l'argent pour remplir ce mandat et rendre les mêmes services. Il déplore que Québec impose ainsi ses visions sans aucune discussion avec le monde municipal.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer