Jean Tremblay est fier de son année

Riche en projets, dit le maire

Invité à commenter la première année de son... ((Archives))

Agrandir

Invité à commenter la première année de son mandat, le maire de Saguenay n'a pas voulu s'attarder sur le sujet de l'opposition. Il dit vouloir maintenir le cap sur les projets en cours et se concentrer sur le développement de la ville.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Chicoutimi) Jean Tremblay affirme que l'arrivée de l'ERD n'a rien changé à son travail. Il dit accomplir ses tâches comme à l'habitude et ne croit pas que le climat au conseil est différent de celui d'autrefois.

Invité à commenter la première année de son mandat, le maire de Saguenay n'a pas voulu s'attarder sur le sujet de l'opposition. Il dit vouloir maintenir le cap sur les projets en cours et se concentrer sur le développement de la ville.

Jean Tremblay croit qu'il est faux de dire que la dernière année n'a pas été riche en projets structurants. Il cite, entre autres, l'acquisition de l'immeuble abritant la bibliothèque d'Arvida, laquelle devrait faire l'objet d'une refonte, la rénovation du Centre Georges-Vézina (dont une partie des travaux a été reportée à l'an prochain), la décision d'Héma-Québec d'ouvrir un bureau à Chicoutimi et l'ouverture du chantier du parc des Mille lieux de la Colline comme les principales réalisations de la dernière année. À cela, le maire ajoute la livraison du complexe Nazaire-Girard à Laterrière, la réfection de l'aréna du Plateau de Chicoutimi-Nord et le début des travaux visant la construction d'un immeuble destiné à Revenu Québec sur le boulevard Mellon. L'arrivée de Nordia a aussi été un bon coup, selon le magistrat. Promotion Saguenay a versé 1 million$ à l'entreprise pour la convaincre de s'établir à Jonquière.

«Il fallait trouver le moyen légal de le faire. On a pu faire ça en utilisant les revenus autonomes de Promotion Saguenay», dit-il.

Jean Tremblay identifie également la gestion de la fermeture du pont Dubuc, en décembre, comme l'une de ses réalisations. Il fera la nomenclature de ce qu'il considère comme les éléments phares de 2014 en séance du conseil municipal lundi, dans le cadre de son discours sur le budget.

Retour?

Le maire de Saguenay ne peut dire s'il sera de retour en 2017. À mots couverts, il laisse entendre que oui, mais en trois ans, dit-il, tout peut changer. Quoiqu'il advienne, il assure que la présence d'une opposition structurée à Saguenay n'aura aucun impact sur son avenir politique.

«C'est la ville qui compte, pas ma carrière. C'est le citoyen qui va décider. J'aime ce que je fais et je pense que je suis très utile. Ça va bien et les sondages le démontrent», poursuit le politicien.

Au sujet des affaires Hovington et Noël, Jean Tremblay réitère qu'il ignorait tout.

«J'ai été déçu de ça. Ce n'est pas plaisant. Bernard Noël est un conseiller exemplaire et je ne veux pas le juger. Je veux m'éloigner de ça. Il y a des juges qui vont faire le travail», conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer