La Fédération de la relève agricole du Québec lance une pétition en ligne

«Non à l'accaparement des terres»

« Non à l'accaparement des terres agricoles au... ((Archives))

Agrandir

« Non à l'accaparement des terres agricoles au Québec. » Le titre de la pétition lancée avant-hier par la Fédération de la relève agricole du Québec est pour le moins clair.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(ALMA) «Non à l'accaparement des terres agricoles au Québec. " Le titre de la pétition lancée avant-hier par la Fédération de la relève agricole du Québec est pour le moins clair.

Déjà, en milieu d'après-midi vendredi, 500 personnes avaient signé la pétition, sur le site Internet www.petitions24.net.

Le président régional de l'UPA, Yvon Simard, est très heureux que les jeunes prennent cette initiative. " Présentement, ce que l'on voit avec les fonds d'investissement privés qui achètent des terres, c'est dommage pour tout le monde, mais encore plus pour la relève. La relève ne réussit pas à concurrencer les montants offerts par les fonds d'investissement. Ça crée une compétition déloyale. »

Au Lac-Saint-Jean, de nombreuses terres ont été achetées par la société Pangea. Il y a deux semaines, Pangea, qui appartient aux hommes d'affaires Charles Sirois, natif de Chicoutimi, et Serge Fortin, a mis la main sur 200 acres de terre à Métabetchouan-Lac-à-la-Croix. La société détient quatre fermes d'envergure au Lac-Saint-Jean qui couvrent des terres dans plusieurs municipalités, de La Doré à Alma en passant par Saint-Félicien, et Saint-Henri-de-Taillon. Pangea n'est pas le seul fonds du genre au Québec.

Profit spéculatif

Le document compte huit " considérant " expliquant en outre que la " relève agricole n'a pas les moyens de concurrencer ces fonds pour l'achat de cet actif agricole pourtant essentiel à leur établissement et à la rentabilité de leur entreprise. »

«Le modèle d'investissement de ces fonds, visant un profit spéculatif et non une rentabilité économique des entreprises locales, va déstructurer l'économie rurale, notamment en centralisant l'achat des intrants et des équipements ", peut-on aussi lire.

Les membres de la Fédération demandent aux signataires de les aider à ce que leur génération " puisse encore exercer le métier d'agriculteur demain! »

Plusieurs personnes ont commenté la pétition. " Les terres agricoles doivent rester aux agriculteurs. Il devrait être carrément interdit à des compagnies de s'enrichir sur le dos des agriculteurs, mentionne l'un des signataires. S'ils veulent avoir des revenus agricoles, ils n'ont qu'à quitter leur bureau, se retrousser les manches et se salir les mains. Qu'ils gagnent leur pain quotidien à suant comme les agriculteurs. Un pain bien mérité! »

Hier, il n'a pas été possible de joindre la présidente du Centre régional des jeunes agriculteurs du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Michèle Lalancette.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer