Les CRE sont inutiles

Le directeur général de la fromagerie Boivin, Luc... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Le directeur général de la fromagerie Boivin, Luc Boivin, estime que l'accord de libre-échange Canada-Union européenne fera mal aux entreprises de taille moyenne comme la sienne.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patricia Rainville
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Le conseiller municipal Luc Boivin appuie l'abolition des Conférences régionales des élus (CRÉ). Selon lui, il s'agit d'une organisation totalement inutile et d'un outil de division pour servir le gouvernement.

Luc Boivin se trouve actuellement à Québec, où il rencontre les parlementaires sur l'avenir des CRÉ et des Centres locaux de développement (CLD). Lorsque joint hier par Le Quotidien, le conseiller municipal n'y est pas allé de main morte au sujet de l'avenir des CRÉ.

«Ce n'est pas bien compliqué, je suis tout à fait favorable à l'abolition des CRÉ. J'y ai moi-même siégé durant deux ans et c'était comme le jour de la marmotte. On avait une réunion le matin et on se disait la même chose l'après-midi. Les dossiers n'avancent pas du tout ", a affirmé Luc Boivin.

«C'est un palier complètement inutile qui doit disparaître. Les CRÉ, c'est un outil de division pour servir le gouvernement. Si le gouvernement veut qu'un dossier n'avance pas, il n'a qu'à le confier à la CRÉ et à demander qu'il y ait consensus. À la CRÉ, il n'y a jamais de consensus! ", ajoute le conseiller municipal, qui est conscient que ses propos risquent d'en choquer certains.

«Je sais très bien qu'il y a des gens qui n'aimeront pas ce que je dis, mais pour y avoir siégé, c'est ce que je pense. À mon avis, l'avenir passe plutôt par la table des préfets, qui font avancer davantage les dossiers régionaux ", estime celui qui fera part de son point de vue aux députés et ministres provinciaux, aujourd'hui. Il rencontrera notamment le ministre Jacques Daoust.

Avenir des CLD

Bien qu'il ne mâche pas ses mots à l'endroit de l'utilité des CRÉ, Luc Boivin ne pense pas la même chose quant à l'avenir des CLD. " J'ai hâte de savoir ce que compte faire le gouvernement avec les CLD, parce que celui de Saguenay joue un rôle important auprès des petites et des micros entreprises ", estime celui qui assume d'ailleurs la présidence du CLD de Saguenay.

«Je n'irais pas jusqu'à dire que les CLD sont les acteurs les plus importants pour l'aide aux entreprises, mais c'est un levier essentiel pour le démarrage d'entreprises. De plus, le CLD est déjà bien intégré à l'administration municipale ", a indiqué Luc Boivin.

Autre texte en page 18

Prainville@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer