5 ième Journée Parents-Enfants

Le MAGE-UQAC prépare une halte-garderie

Pour une cinquième année, les bouts de choux... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Pour une cinquième année, les bouts de choux ont envahi le centre social de l'UQAC avec la tenue d'une nouvelle journée d'information et de sensibilisation sur la réalité des étudiants-parents organisée par le MAGE-UQAC.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Pour une cinquième année, les bouts de choux ont envahi le centre social de l'UQAC avec la tenue d'une nouvelle journée d'information et de sensibilisation sur la réalité des étudiants-parents organisée par le MAGE-UQAC.

L'événement a été l'occasion pour l'association étudiante de mettre sur pied un service de garde temporaire avec jeux, collation pour une vingtaine d'enfants. La journée a été surtout l'occasion de faire le point sur la mise sur pied d'une halte-garderie sur le campus.

Jennifer McKenna, parents-étudiants, Andréanne Gagnon, recherchiste sur la condition des étudiants-parents, Jessika Zoé Fournier, vice-présidente aux affaires pédagogiques et Gabrielle Simard, présidente du MAGE-UQC, ont rappelé que l'an dernier, l'association étudiante a déposé une demande de places subventionnées afin d'ouvrir un Centre de la petite enfance (CPE), un projet qui a été refusé par les autorités gouvernementales.

Compte tenu des besoins rencontrés par les étudiants, Mme Fournier a indiqué que le MAGE-UQAC a décidé de se tourner vers la mise en place d'une halte-garderie, un projet moins complexe au plan administratif. L'objectif est d'instaurer un service qui serait disponible de 7 h 30 le matin jusqu'à 22 h le soir. Il permettrait aux étudiants concernés de déposer leur enfant selon différentes plages horaires adaptées en fonction des heures de cours parfois atypiques.

Jennifer McKenna est mère d'un et témoigne des difficultés de concilier ses rôles d'étudiante et conjointe. « Être étudiante n'est pas un rôle négligeable. Être parent est une obligation à temps complet. La gestion du temps est un enjeu majeur tout comme la gestion du stress puisque même si nous sommes parents, il y a une volonté de réussite au niveau des études. Je crois que l'établissement d'une halte-garderie est une aide importante à la gestion du temps et du stress », commente-t-elle.

Le projet de halte en est encore à une phase bien préliminaire puisqu'il n'est pas possible actuellement de déterminer avec exactitude combien d'étudiants ont des besoins à combler. Selon Mme Gagnon, de façon générale sur les campus universitaires, entre 10 et 20 % de la clientèle totale est parent, ce qui représente un potentiel de 1300 étudiants. Impossible de déterminer les âges des enfants, les besoins spécifiques pour le moment, une carence qu'aimerait bien combler le MAGE-UQAC lors des inscriptions des étudiants aux différentes sessions.

Au cours des prochaines semaines, un comité de démarrage sera mis sur pied avec la présence d'un représentant de l'UQAC, un autre du MAGE-UQAC et un troisième du Centre d'entrepreneuriat et d'essaimage (CEE).

Même si le projet n'en est encore qu'à ses premiers balbutiements, Mme Fournier s'est dite convaincue que l'automne prochain, la halte-garderie sera en opération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer