Gestion du lac Saint-Jean

Un lien de confiance à rétablir

La société Rio Tinto Alcan opte pour un... ((Archives))

Agrandir

La société Rio Tinto Alcan opte pour un degré de gestion provisoire du niveau du lac Saint-Jean à partir d'aujourd'hui.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

(ROBERVAL) La première consultation publique menée par Rio Tinto Alcan concernant la stabilisation des berges a permis aux riverains de soumettre leurs suggestions et critiques dans un climat calme et posé. Ils demandent à la compagnie de rétablir un climat de confiance.

On sentait de la part de la soixantaine de participants une forme d'amertume et un manque de confiance envers la compagnie. Un reproche formulé par Robert Houle, président du Domaine du Marais. «Votre crédibilité est érodée et ce n'est pas que sur le lac. Heureusement, votre discours semble avoir changé pour ne plus penser que l'eau qui déborde, c'est de l'argent qui s'envole», a-t-il lancé.

Pour le rassurer, Luc Cyrenne de RTA a affirmé qu'il ne s'agirait pas: «d'un show boucane que la démarche est de communiquer et d'échanger».

Une résidante du Domaine du Marais, Christa Berky s'est demandé pour quelles raisons la nature du contrat de 20 résidants avec RTA n'était pas respectée. Selon ce qu'elle a avancé, la plage devrait avoir une largeur d'au moins 16 mètres alors qu'elle n'aurait que 4 mètres. Bruno Larouche de RTA s'est engagé à aller voir l'étendue des dégâts et promis que des correctifs seraient faits le cas échéant.

Le préfet de la MRC Domaine-du-Roy Gérard Savard a mentionné que RTA ne possède pas la légitimité d'arbitrer sur les aspects social, économique et environnemental de la gestion du niveau du lac. Il demande une meilleure discussion avec les élus et la population pour une gestion plus harmonieuse.

De son côté, le maire de Roberval Guy Larouche a demandé que le niveau du lac soit maintenu plus élevé en octobre afin de permettre un temps de navigation plus long. Aussi, il a proposé que du dragage soit effectué au lieu de faire du rechargement artificiel.

Après la période de questions a suivi un travail de consultation autour de tables. Les riverains ont suggéré d'améliorer les communications et le dialogue, car il semble difficile de parler aux personnes appropriées. Sur ce point, les citoyens voudraient être impliqués dans la gestion du niveau du lac et des décisions. Plusieurs demandent à la multinationale de se rapprocher des citoyens, des propriétaires et élus afin de rétablir le climat de confiance.

Aussi les participants ont suggéré d'être plus vigilant pour gérer le niveau du lac pour éviter les dégâts de l'an dernier, de revoir le niveau du lac, d'améliorer l'esthétique de l'enrochement et de mettre du sable de meilleure qualité.

Les consultations se poursuivent ce soir à Dolbeau-Mistassini. Les gens peuvent soumettre leurs questions et suggestions sur le site internet consultationsberges.com.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer