Les CF-18 s'envolent vers le Koweït

Sur le coup de 9h, le départ des... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Sur le coup de 9h, le départ des six avions CF-18, de l'avion ravitailleur CC-150T et d'un Hercule CC-130J en provenance de la Base de Cold Lake.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(La Baie) Aux lendemains des attentats qui ont fait deux morts et trois blessés au sein des troupes militaires canadiennes à Saint-Jean-sur-Richelieu et sur la colline parlementaire à Ottawa, l'offensive militaire se poursuit afin de mettre fin aux activités terroristes de l'organisation État islamique en Irak.

Ce message est celui qu'ont voulu transmettre à la population, les autorités de la Base de Bagotville alors qu'a eu lieu, hier matin sur le coup de 9h, le départ des six avions CF-18, de l'avion ravitailleur CC-150T et d'un Hercule CC-130J en provenance de la Base de Cold Lake. Ces avions étaient stationnés à Bagotville depuis mardi. Ce groupe a été rejoint par un Aurora parti plus tôt de la Base de Greenwood en Nouvelle-Écosse.

Sous l'oeil du commandant de la Base, Sylvain Ménard, la formation s'est envolée vers l'est sans connaître qu'ait été dévoilé le plan de vol et la destination exacte. Ce pourrait être une autre zone de transit située en Italie, en Turquie ou ailleurs au Moyen-Orient. Impossible de savoir quand les militaires de Bagotville et de Cold Lake atteindront leur base définitive quelque part au Koweït afin d'être opérationnels. En prenant la pose devant les médias au dessus de la tour de contrôle, il était apparent que le colonel Ménard semblait fier que la mission «Impact» se poursuive comme prévu, malgré l'attentat survenu mercredi.

Mercredi, les médias ont été conviés une première fois au départ des avions, puis l'événement a été annulé avant que vers 23 h, l'invitation ait été remise en force, ce qui laisse croire à plusieurs hésitations de la part du quartier général à Ottawa.

Très tôt hier matin, les représentants des médias ont été amenés en autobus dans la zone de sécurité de la base à la tour de contrôle, non sans avoir dû montrer pattes blanches, puisque des papiers d'identité et des fouilles de sacs ont été effectuées par les policiers militaires. Comme c'est le cas depuis deux jours, des militaires avec en mains leur arme d'assaut C-7 sont postés à la guérite et à l'entrée de la zone de sécurité.

Plus de détails demain//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer