Attentat contre deux militaires à Saint-Jean

Bagotville augmente la sécurité

Les événements survenus lundi matin à Saint-Jean-sur-Richelieu mettant... (PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN)

Agrandir

Les événements survenus lundi matin à Saint-Jean-sur-Richelieu mettant en cause deux militaires, mais surtout le déploiement de militaires vers l'Irak, incitent le commandant de la Base de Bagotville, Sylvain Ménard, à augmenter les mesures de sécurité afin de protéger ses membres.

PHOTO ARCHIVES LE QUOTIDIEN

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Denis Villeneuve
Le Quotidien

(La Baie) Les événements survenus lundi matin à Saint-Jean-sur-Richelieu mettant en cause deux militaires, mais surtout le déploiement de militaires vers l'Irak, incitent le commandant de la Base de Bagotville, Sylvain Ménard, à augmenter les mesures de sécurité afin de protéger ses membres.

Lors d'un point de presse, le commandant de la 3e Escadre s'est dit désolé de l'attaque dont ont été victimes les deux militaires de la Base de Saint-Jean, tout en refusant de commenter davantage les événements. « Nos pensées sont avec les familles des victimes. Nous avons déjà beaucoup de mesures de sécurité en cours pour protéger nos familles et notre personnel. Nous sommes une base opérationnelle en alerte 24 heures par jour pour NORAD. La surveillance dans la zone de haute sécurité a été augmentée et nos forces de sécurité sont sur le qui-vive lorsque nous sommes en mission comme c'est le cas en Irak », a-t-il commenté.

Si plusieurs mesures de sécurité ne sont pas apparentes, d'autres pourraient le devenir dans les prochains jours, a confié le colonel Ménard. Il a conseillé aux médias de conserver l'oeil ouvert et n'a pas exclu que des militaires puissent être en poste à la guérite, laissée vacante en temps de paix. « On aime vous garder sur le qui-vive. La sécurité n'est pas prise à la légère. Le mot d'ordre est la vigilance ». Ces mesures pourraient coïncider avec le transit aujourd'hui et demain des six avions de chasse CF-18 de la base de Cold Lake en direction du Koweït.

M. Ménard a ajouté que n'importe quelle force armée, comme les policiers militaires, ceux de la GRC, de la Sûreté du Québec peut être ciblée par des esprits mal intentionnés.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer