Serge Simard promet d'apporter son aide

Serge Simard... ((Photo Louis Potvin))

Agrandir

Serge Simard

(Photo Louis Potvin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(CHICOUTIMI) Le député de Dubuc à l'Assemblée nationale, Serge Simard, va tout mettre en oeuvre pour soutenir la relance de la scierie de Petit-Saguenay qui a accumulé une dette d'approximativement 1 M$ depuis 2012.

Joint hier, le député de Dubuc est demeuré discret quant à la situation financière de cette entreprise, principal employeur de la municipalité. Il évoque toutefois l'importance de cette usine pour le Bas-Saguenay.

«Quand on parle d'une entreprise de 40 emplois pour Petit-Saguenay, c'est comparable à une usine de 3000 ou 4000 personnes pour Montréal. On s'occuperait d'une usine de cette importance à Montréal. On va donc travailler à la relance de l'usine de Petit-Saguenay ", a déclaré au Quotidien le député Simard.

Au cours d'une entrevue qu'il accordait au journal vendredi dernier, le directeur général de la coopérative Quatre temps de L'Anse-Saint-Jean, qui est actionnaire et principal fournisseur du Groupe Valoribois, Jean-François Monderie, indiquait que la période pour présenter des projets au gouvernement n'était pas nécessairement la meilleure en raison de l'examen des programmes en cours en ce moment au sein du gouvernement.

Serge Simard se fait rassurant sur ce point et ne croit pas qu'un éventuel projet de relance soit désavantagé en raison de la révision des programmes: " Ce que nous évaluons, c'est l'efficacité des programmes. Nous devons déterminer si le gouvernement et le citoyen ont un juste retour en fonction des différents programmes ", explique le député Simard qui a été étroitement associé à la relance de 2012.

Les dirigeants du Groupe Valoribois vont faire parvenir d'ici quelques semaines un plan de relance au gouvernement du Québec. Investissements Québec a accordé en novembre 2013 un prêt sans intérêt de 300 000 $ à la coopérative.

Dans l'entrevue qu'il accordait au Quotidien vendredi, le directeur de la coopérative Quatre temps expliquait qu'il y avait moyen de relancer l'entreprise avec une aide raisonnable de Québec.

Les opérations de la scierie génèrent entre 60 et 80 emplois dans le Bas-Saguenay si l'on intègre les opérations forestières qui sont de l'ordre de 60 000 mètres cubes sur une base annuelle dans les essences de résineux et de tremble.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer