Selon Docomomo Québec

La Ville aurait dû émettre des règles

L'église Fatima se rapproche de la démolition. Le... ((Archives))

Agrandir

L'église Fatima se rapproche de la démolition. Le ministère de la Culture et des Communications suit le dossier de près. De son côté, l'organisme sans but lucratif Docomomo qui veille à la sauvegarde du patrimoine juge qu'il est trop tard.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

(Jonquière) «Il est trop tard pour l'église Notre-Dame-de-Fatima. Son cas doit maintenant servir d'exemple, afin d'éviter que de telles catastrophes ne se reproduisent.»

Alors que Saguenay a voté pour le retrait du statut patrimonial à l'église Notre-Dame-de-Fatima, Docomomo Québec, une organisation vouée à la sauvegarde du patrimoine architectural moderne du Québec, ne plaidera pas pour la protection de l'église de Jonquière. Bien que l'association estime qu'il s'agit d'un joyau de l'architecture contemporaine, sa présidente affirme qu'il est trop tard. Elle reproche à Saguenay d'avoir cité (accordé un statut patrimonial) de trop nombreux sites, au lieu de se concentrer sur certains qui auraient mérité un meilleur sort.

France Vanlaethem, présidente et fondatrice de Docomomo Québec, suit le dossier de l'église en forme de tipi amérindien depuis des années. Elle a visité les lieux à quelques reprises à titre de membre du Conseil du patrimoine culturel du Québec par le passé.

Aujourd'hui, elle ne peut que constater l'échec entourant la préservation du bâtiment.

«Malheureusement, c'est une des églises modernes les plus intéressantes et les plus emblématiques du Québec, mais il est trop tard. On aurait dû s'en inquiéter avant. Le projet initial ne tenait pas la route, il était irrespectueux du bâtiment, c'est fou de l'avoir accepté. Aujourd'hui, elle est dénaturée. Elle a été amputée. Elle est entourée de maisonnettes au lieu d'arbres. Le bâtiment a été laissé à l'abandon, vidé. Il est abîmé.»

Mme Vanlaethem estime que le cas de Fatima doit être utilisé afin de mettre en perspective celui de l'ensemble des sites du patrimoine.

La présidente de Docomomo Québec affirme que la Ville aurait dû citer un moins grand nombre de sites, afin de mieux les protéger.

«En 2006, Saguenay a déclaré 19 églises comme sites du patrimoine, dont neuf du patrimoine moderne. Saguenay aurait dû être davantage sélective, plutôt que d'émettre le statut à plusieurs bâtiments. Elle aurait dû faire une sélection plus serrée et une hiérarchisation», pense-t-elle.

Celle qui est professeure à l'École de design de l'Université du Québec à Montréal où elle dirige le diplôme d'études supérieures spécialisées en architecture moderne et patrimoine ajoute que des règles claires devraient encadrer l'utilisation des bâtiments cités.

«La Ville a créé ces sites sans aucune directive quant à leur utilisation. La Ville est consciente qu'il faut protéger son patrimoine religieux, mais à part ça, qu'est-ce qu'elle a fait? En citant Habitat 67, Montréal a émis un règlement qui précise quels sont les éléments qu'on ne peut pas toucher. Ce n'est pas juste un statut. Fatima est une catastrophe qu'on aurait pu éviter avec des règlements entourant le statut et en suivant le dossier.»

Bien que certaines personnes aient avancé la possibilité de faire de Fatima un monument, France Vanlaethem remet en question l'idée de concentrer les efforts sur le dossier. Aujourd'hui, elle espère que le cas de l'ensemble des sites du patrimoine de la région soit considéré.

«Je ne sais pas comment on pourrait conserver Fatima. Est-ce là qu'on veut mettre les efforts financiers et collectifs? Faisons en sorte que l'avenir des églises qui sont encore en état soit assuré. D'autres églises de la région méritent l'attention avant qu'on ait d'autres catastrophes», conclut-elle.

Listes des sites du patrimoine constitués par Saguenay en 2006 lors de l'adoption du règlement numéro VS-R-2006-17 ayant pour objet la protection et la mise en valeur du patrimoine religieux à ville de Saguenay.

Site du patrimoine de l'église St-Andrew et St-John

Site du patrimoine de la Chapelle Saint-Cyriac

Site du patrimoine de l'église Notre Dame-de-Fatima

Site du patrimoine de l'église St-James-the-Apostle

Site du patrimoine de l'église Saint-Matthieu (ex-église Sainte-Famille)

Site du patrimoine de l'église Saint-Dominique

Site du patrimoine de l'église Saint-Laurent

Site du patrimoine de l'église Saint-Georges

Site du patrimoine de l'église Saint-Raphaël

Site du patrimoine de l'église Saint-Jacques

Site du patrimoine de l'église Saint-Mathias

Site du patrimoine de l'église Saint-Joachim

Site du patrimoine de l'église Saint-Isidore

Site du patrimoine de l'église Saint-Luc

Site du patrimoine de l'église Saint-Antoine

Site du patrimoine de l'église Saint-Nom-de-Jésus

Site du patrimoine de l'église Sainte-Claire

Site du patrimoine de l'église du Christ-Roi

Site du patrimoine de l'église Notre-Dame-de-Grâce

Docomomo Québec est une association sans but lucratif qui vise la sauvegarde de l'architecture novatrice du XXe siècle au Québec. L'organisation a été fondée en 1990, d'abord sous le nom de Montréal moderne. En 1993, cette association est devenue Docomomo Québec après avoir rejoint le réseau de Docomomo International, organisme non gouvernemental fondé aux Pays-Bas en 1988 aujourd'hui représenté dans plus de 50 pays du monde.

Docomomo veille à l'étude et à la sauvegarde du patrimoine architectural moderne du Québec.

L'organisation est composée de citoyens et d'experts concernés par le patrimoine moderne.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer