Centre de transfert en extrusion d'Alma

De grandes attentes pour les élus

Le ministre Denis Lebel, Gilles Déry, président du... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Le ministre Denis Lebel, Gilles Déry, président du CEE-UQAC et le maire d'Alma, Marc Asselin, ont visité le CTE, hier, en compagnie de plusieurs intervenants.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(ALMA) Les élus fondent de grands espoirs sur le Centre de transfert en extrusion (CTE) d'Alma. La nouvelle usine, appartenant au Centre d'entrepreneuriat et d'essaimage de l'Université du Québec à Chicoutimi (CEE-UQAC), commencera à transformer l'aluminium avant la fin de l'année. Plusieurs élus et gens d'affaires ont participé à une visite officielle de l'usine qui aura coûté près de 12 millions $ de fonds publics. Une usine qui servira de levier de développement pour la région, a exprimé le ministre Denis Lebel, qui était de passage à Alma pour l'occasion.

«Lorsque j'étais maire de Roberval, on avait un promoteur qui avait un projet de maison en aluminium. Il n'était pas capable de faire extruder ses pièces dans la région. Il devait faire affaire avec une compagnie anglaise. Et le projet n'a pas été ce qu'on aurait souhaité, mais on a appris de cette leçon à cette époque. Quand je suis arrivé ministre de DEC Canada, on a commencé à regarder quel serait les enjeux importants pour l'avenir de l'aluminium et comment DEC pouvait avoir de l'incidence. Eh bien c'est de donner les outils pour faire des avancés technologiques, créer des transferts technologiques par les équipements que nous finançons et permettre aux entrepreneurs de vendre ces produits-là ", a déclaré le ministre, justifiant ainsi les 10 millions $ investis par DEC Canada.

Le maire d'Alma, Marc Asselin, croit que l'usine est le maillon qui manquait dans la région pour profiter des retombées de la transformation de l'aluminium.

«On travaille fort pour attirer d'autres entreprises pour profiter de cette usine. Mais on a maintenant cet outil qui nous manquait pour convaincre les entreprises qu'on a tout ce qu'il faut ici pour faire des produits avec des coûts compétitifs. On aura d'ailleurs de belles choses à vous annoncer. On attache plusieurs ficelles, mais avant de faire le gros cordon, ça en prend encore un peu ", a imagé le maire d'Alma, rappelant que la ville a investi près de 2 millions $ dans ce projet.

La majorité des équipements de l'usine sont aménagés. Les tests commenceront dans quelques semaines. Et la production devrait s'amorcer en décembre.

Propriétaire des lieux, CEE-UQAC a donné le contrat d'exploitation de l'usine à Pexal Telacum. Selon le directeur général du CEE-UQAC, Louis Dussault, l'usine sera rentable lorsqu'elle atteindra environ 2700 tonnes de production.

«L'usine a un caractère public. Elle fera des expérimentations. Elle sera en mesure de faire des extrusions particulières, complexes, avec beaucoup de valeur ajoutée. Par exemple, on est capable de faire du 55 pieds. On est les seuls à faire ça ", note M. Dussault, estimant que la rentabilité sera atteinte d'ici trois ans.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer