Selon Roch Tardif

Une initiative qui s'apparente à du «cannibalisme»

Le directeur de Friprix, Roch Tardif, estime que... ((Courtoisie))

Agrandir

Le directeur de Friprix, Roch Tardif, estime que les dons de vêtements qui seront amassés dans la région pour être vendus à l'extérieur, dans les magasins Village des valeurs, sont une menace pour l'économie locale.

(Courtoisie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
MGA
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) Amasser les vêtements usagés dans la région pour les vendre à l'extérieur n'est rien de moins que du " cannibalisme ", soutient le directeur de Friprix, Roch Tardif. Cette façon de faire menace selon lui les emplois locaux en plus de réduire l'offre régionale de vêtements usagés.

«C'est déshabiller Pierre pour habiller Paul ", lance M. Tardif, lors d'un entretien accordé au Quotidien. Son organisme, qui fait partie des quelques entreprises d'économie sociale qui récupèrent les vêtements dans la région, possède 15 boîtes de dons à Chicoutimi. Le directeur n'a rien contre le soutien de la cause de la déficience intellectuelle. C'est plutôt la façon de faire qui l'indigne.

«Ils ont plus de boîtes de dons que nous! laisse tomber le directeur. C'est très dangereux. En envoyant les dons de la population à l'extérieur, on encourage une entreprise privée, le Village des valeurs, au détriment des organismes locaux et de la population régionale, en divisant les dons. Il faut que les gens sachent cela. Le Village des valeurs est une entreprise américaine qui a ravagé le Québec. »

Friprix engage 15 employés qui récoltent les dons des boîtes et qui s'occupent du tri et de la tenue du magasin du boulevard Talbot, à Chicoutimi.

M. Tardif, qui a appris la nouvelle de l'implantation des boîtes de dons de l'organisme Le Support dans la région, se dit très préoccupé par la situation. Il compte rencontrer ses employés prochainement pour faire le point sur la situation.

Retour en arrière

Cette situation rappelle de mauvais souvenirs à Roch Tardif. En 2001, la mobilisation régionale avait permis de faire fermer la succursale chicoutimienne du Village des valeurs qui avait ouvert ses portes à la fin des années 90. C'est d'ailleurs ce qui a entraîné la création de Friprix, qui occupe les anciens locaux du Village des valeurs.

Roch Tardif prévoit d'ailleurs organiser prochainement une rencontre régionale avec les autres organismes d'économie sociale de Saguenay pour prévoir une réplique régionale à ce qu'il considère comme une nouvelle invasion.

«Depuis 12 ans, on essaie par tous les moyens de continuer à offrir nos services. Je ne sais pas cette fois-ci comment on va s'organiser, mais tout ce que je sais c'est que notre matière première, les vêtements, s'en va à l'extérieur de la région», conclue-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer