Confier aux élus des villes la gestion des commissions scolaires

Une proposition audacieuse d'André Paradis

André Paradis propose d'abolir les élections scolaires.... ((Archives))

Agrandir

André Paradis propose d'abolir les élections scolaires.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laura Lévesque
Le Quotidien

(ALMA) À l'aube des élections scolaires, le maire de Saint-Henri-de-Taillon, André Paradis, propose d'abolir ce scrutin. Des élus municipaux pourraient diriger les commissions scolaires, suggère à la place celui qui préside également la Conférence régionale des élus (CRÉ).

«Le gouvernement est en train de regarder toutes les structures. C'est le moment de brasser les idées. Et à mon avis, il est temps de rapprocher le monde municipal et le monde scolaire. Et une des meilleures façons de le faire, c'est d'incorporer des élus dans le conseil des commissaires», lance M. Paradis.

Ce n'est pas la première fois que des élus jeannois remettent en doute le fonctionnement des commissions scolaires. L'indemnité de départ adoptée en 2013 par la présidente de la Fédération des commissions scolaires du Québec, Josée Bouchard, avait suscité la colère de plusieurs maires et conseillers. Certains avaient même manifesté le désir de se présenter candidats en 2014.

Selon M. Paradis, les élections sont devenues superflues, compte tenu du taux de participation extrêmement bas et surtout de leur coût. Ce processus démocratique, rappelons-le, entraîne des dépenses de quelques centaines de milliers de dollars par commission scolaire. Rapprocher les deux structures permettrait également de sauver des coûts administratifs, évalue-t-il.

«Aux élections scolaires, on parle de taux participation de 7%. Au municipal, il y a un taux relativement élevé de 50 à 70%. Des conseillers seraient délégués par le conseil pour siéger à la commission scolaire. Et on intégrerait également des représentants de la société civile. C'est un peu le même principe qu'on voit à la CRÉ. Et on pourrait aussi sauver des coûts. On a juste à penser au système de taxes qui se dédoublent, les municipalités, le scolaire. On pourrait réunir ça. C'est sûr qu'il y aurait des économies», soumet M. Paradis, également préfet de la MRC Lac-Saint-Jean-Est.

Le maire de Saint-Henri-de-Taillon croit que cette idée pourrait se concrétiser à la suite des prochaines élections municipales, en 2017.

«Le ministre pourrait intervenir, dans le courant de l'année, pour raccourcir le mandat des commissaires qui seront élus en novembre. Et on pourrait profiter des élections municipales de 2017 pour modifier ensuite la composition du conseil des commissaires», estime André Paradis.

Le maire a discuté de cette idée avec plusieurs autres élus au cours des derniers mois. Une idée bien accueillie, constate-t-il.

«Les gens trouvent que ç'a du sens. Et si personne ne propose des choses, rien ne se passe. Il faut que ça parte de quelque part.»o

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer