Des moments difficiles

La Coop de Girardville cherche des solutions

La Coopérative forestière de Girardville fait face à... ((Archives))

Agrandir

La Coopérative forestière de Girardville fait face à des difficultés financières importantes. Un plan de redressement et une réflexion stratégique sont en cours pour assurer l'avenir de cette entreprise.

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(GIRARDVILLE) La Coopérative forestière de Girardville fait face à des difficultés financières importantes. Un plan de redressement et une réflexion stratégique sont en cours pour assurer l'avenir de cette entreprise.

« On ne fait pas de cachette. La dernière année n'a pas été facile. Les résultats financiers ne sont pas à la hauteur des projections. Nous avons un problème de liquidité, mais il n'est pas question pour nous de fermer ou de faire faillite. Nous allons passer à travers ces moments difficiles », affirme le président Éric Corneau. Il ne veut pas dévoiler l'ampleur du déficit par respect pour les membres. Les chiffres seront dévoilés lors de l'assemblée générale annuelle du 24 octobre.

Éric Corneau a accepté de parler au Quotidien à la suite des différentes rumeurs inquiétantes concernant l'avenir de la coopérative. La dernière concernait l'arrêt de la récolte de bois pour une période de deux semaines pour des raisons monétaires. « Nous avons pris une décision d'affaires. Nos inventaires de bois en forêt étaient trop élevés. Nous avons décidé de cesser les opérations de récolte pendant deux semaines afin de diminuer les inventaires de bois coupé et les livrer aux usines de transformation. De plus, comme ça coïncidait avec la chasse ça faisait l'affaire de plusieurs personnes », donne-t-il comme raison. Les opérations vont recommencer lundi.

La coopérative discute avec ses partenaires financiers pour renflouer ses coffres. « Nous avons un bon support des coopératives, d'Investissement Québec et de Desjardins. Ils comprennent la situation et travaillent avec nous au plan de redressement. Nous sommes sur la bonne voie », informe le président.

Éric Corneau veut tout faire pour préserver les emplois des 450 travailleurs et maintenir la confiance des 200 membres. « Nous voulons enlever les inquiétudes dans le milieu. Personne n'a perdu son emploi, à part deux personnes qui travaillent moins pour d'Origina. On a ralenti les opérations de vente et marketing pour cette filiale. Chaque fille demeure active et fonctionne, certaines un peu au ralenti. Il faut réduire les dépenses et gérer plus serré. On n'a pas le choix. »

Le président ne veut pas revenir sur l'épisode du départ de l'ancien directeur général, Jérôme Simard. Celui qui assurait l'intérim, Stéphane Gagnon, a été nommé à la tête de la coopérative.

Ce n'est pas la première fois que la coopérative de Girardville passe par moments difficile. En 2005, la faillite de la filiale CFG Amérique avait fait très mal à l'organisation. « On n'est pas à notre première tempête. Nous allons être en mesure d'avoir une structure viable et des coffres garnis pour amorcer la grosse saison du printemps 2015 », conclut Éric Corneau confiant.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer