Vaccination contre le méningocoque de type B

Une seconde vague moins populaire

La campagne de vaccination contre le méningocoque de...

Agrandir

La campagne de vaccination contre le méningocoque de type B se poursuit. Durant les deux dernières semaines, 5502 doses ont été administrées, ce qui est loin des 10 000 doses de la première vague de vaccination, qui avait eu lieu au printemps dernier.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Patricia Rainville
Le Quotidien

(Chicoutimi) La campagne de vaccination contre le méningocoque de type B se poursuit. Durant les deux dernières semaines, 5502 doses ont été administrées, ce qui est loin des 10 000 doses de la première vague de vaccination, qui avait eu lieu au printemps dernier.

L'Agence régionale de la santé et des services sociaux avait lancé un appel à la population, la semaine dernière, car trop peu de personnes se présentaient pour la deuxième dose de vaccin. Durant la première vague, 10 000 doses avaient été administrées en une semaine, comparativement à environ 2000 pour la deuxième vague. L'Agence rappelait qu'une seule dose n'est pas suffisante pour prévenir le méningocoque de type B.

« Nous avons lancé un message à la population, la semaine dernière, afin de rappeler l'importance d'obtenir deux doses du vaccin. Le bilan de la deuxième semaine n'est pas à la hauteur de nos attentes, mais nous pensons que notre appel a été entendu. Depuis quelques jours, nous enregistrons une hausse de l'achalandage sur les sites de vaccination et au niveau de la prise de rendez-vous. Nous avons cependant toujours un retard à combler par rapport aux résultats obtenus au printemps dernier», a indiqué le directeur de la santé publique et de l'évaluation à l'Agence, le docteur Donald Aubin.

À compter du 14 octobre, la campagne de vaccination se mettra en branle dans les écoles primaires et secondaires de la région. La population peut consulter les horaires détaillés et les lieux de vaccination en visitant le site Web de l'Agence (santesaglac.com) ou celui de leur CSSS.

La campagne s'adresse aux jeunes nés entre le 6 mai 1993 et le 31 décembre 2014. Ceux qui, pour différentes raisons, n'ont toujours pas reçu une première dose du vaccin peuvent le faire selon le même horaire.

Au lancement de la campagne, la région était la plus touchée par cette maladie, alors que le taux d'infection chez les 20 ans ou moins se situait à 12,04 par 100 000, comparativement à 1,70 par 100 000 pour l'ensemble de la province, ce qui représentait un taux d'incidence 7 fois plus élevé que la moyenne provinciale.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer