Olivier Martel participera aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux

Direction Los Angeles

Le Jonquiérois Olivier Martel se rendra à Los... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Le Jonquiérois Olivier Martel se rendra à Los Angeles en juillet 2015 pour participer aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux. Le quilleur, passionné par l'industrie du cinéma, pouvait difficilement demander mieux.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(JONQUIÈRE) Le Jonquiérois Olivier Martel se rendra à Los Angeles en juillet 2015 pour participer aux Jeux olympiques spéciaux mondiaux. Le quilleur, passionné par l'industrie du cinéma, pouvait difficilement demander mieux.

«J'étais tout excité quand je l'ai su. À Los Angeles, je vais sûrement rencontrer des stars! »

Comment se nomme le doubleur québécois de la voix d'Harry Potter? Qui est le scénariste de tel ou tel film? Olivier peut répondre à toutes vos questions.

Ce n'est toutefois pas pour ses connaissances en ce domaine que l'organisation canadienne l'a choisi, mais bel et bien pour ses talents de quilleur.

En juillet dernier, il a participé aux Nationaux à Vancouver. Il y a remporté trois médailles, dont deux d'or.

À Los Angeles, ils seront quatre quilleurs du Québec à porter les couleurs du Canada. Olivier, qui présente un trouble du spectre de l'autisme, n'a pas d'objectif précis en terme de performance.

«Mon objectif, c'est la persévérance dans les efforts que je fais, dit-il, très sagement. Au début, je ne dois pas penser au classement. Je dois me concentrer sur ma partie. Quand je vois, après, que j'ai gagné contre les autres joueurs, là mon coeur bat très fort! Les quilles, ça me permet d'apprendre à contrôler mes émotions. Quand je pense trop à mon résultat, mon tempérament change. »

Les quilles ont un effet bénéfique dans toutes les sphères de sa vie, souligne-t-il. " J'apprends à être dans ma bulle. Dans la classe, c'est comme si j'étais en train de jouer. Je me pratique à rester dans ma bulle - très concentré quand j'écoute le prof. »

Et les Jeux olympiques spéciaux mondiaux, c'est du sérieux. Il a dû signer une lettre d'engagement dans laquelle il promet de bien s'alimenter, de s'entraîner trois fois par semaine, de garder la forme et d'être positif.

«Olivier est méthodique et a un très bon synchronisme, explique son entraîneur, Serge Gagnon. Il a aussi une bonne concentration, mais il faut parfois le recentrer. Ce que je lui demande, c'est le meilleur lancer qu'il peut faire à chaque fois. " M. Gagnon entraîne les Fantômes du Carrefour au Carrefour du quilleur à Arvida. Les Fantômes sont l'équipe de la division saguenéenne des Olympiques spéciaux en quilles.

Compétitif

Olivier provient d'une famille de sportifs. Son père Denis est très connu dans le monde du golf régional. Son frère Cédric est un athlète accompli : soccer, hockey et athlétisme ont fait voyager la famille aux quatre coins du Québec au fil des ans. Son oncle Richard est l'entraîneur détenant le plus de victoires dans l'histoire de la Ligue de hockey junior majeur du Québec. Donc la compétition, Olivier connaît ça.

Sauf que le sport qu'il pratiquait assidûment auparavant, les petites quilles, ne lui permettait pas de se mesurer à d'autres athlètes.» Je me suis donc lancé dans le domaine des grosses quilles ", explique-t-il.

Aujourd'hui, il ne regrette certes pas son choix.

Kbelley-Murray@lequotidien.com

«Les Olympiques spéciaux, c'est pour ceux qui ont une différence dans le cerveau. Les Paralympiques, c'est pour ceux qui ont une différence, mais physique. Par exemple, ceux qui sont en chaise roulante.»

> 36 739 enfants, jeunes et adultes ayant une déficience intellectuelle sont présentement inscrits aux programmes d'Olympiques spéciaux au Canada.

> Les Jeux Olympiques spéciaux mondiaux d'été de 2015 rassembleront 7000 athlètes et 3000 entraîneurs venus de plus de 177 pays, sans parler d'une armée de 30 000 bénévoles. Pendant 9 jours, les athlètes concourront dans 26 sports différents sur des sites dispersés dans Los Angeles, notamment à l'Université de Southern California et à l'Université de la Californie.

> L'équipe canadienne qui se rendra à Los Angeles en juillet prochain se compose de 115 athlètes, dont 85 participeront à leurs premiers jeux mondiaux, 32 entraîneurs, 11 employés de mission, trois directeurs d'équipe et un chef de mission. Une vaste fourchette d'âges caractérise l'équipe: le plus jeune des athlètes a 14 ans et le plus vieux 68!

(Tiré du site internet des Olympiques spéciaux)

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer