La religieuse la plus âgée des Augustines

Soeur Laura Beaulieu a 105 ans

Soeur Laura Beaulieu a célébré ses 105 ans... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

Soeur Laura Beaulieu a célébré ses 105 ans vendredi. Elle cumule 81 ans de vie religieuse chez les Augustines.

(Photo Michel Tremblay)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Chicoutimi) Quand la jeune Laura Beaulieu a joint les rangs de la communauté des Augustines de la miséricorde de Jésus au début de la vingtaine, elle était loin de se douter qu'elle cumulerait, un jour, 81 ans de vie religieuse. À ce moment, elle ne croyait pas, non plus, voir défiler les couleurs de son 105e automne, un matin d'octobre 2014.

La Chambordaise née en 1909 a consacré sa vie à Dieu et à son prochain. Dès son plus jeune âge, celle qui allait devenir soeur Saint-Dominique savait qu'elle serait religieuse. Cette fille de cordonnier, quatrième de huit enfants, a toujours eu le sort des autres à coeur. Toute petite, Laura Beaulieu n'avait aucun intérêt pour les jeux extérieurs. Elle préférait de loin demeurer à la maison avec sa mère et mettre la main à la pâte.

«Je me suis toujours entendue avec tout le monde. Ma mère me disait que j'étais différente de mes frères et soeurs parce que j'étais vaillante et toujours prête à rendre service», raconte la centenaire, rencontrée dans sa chambre de l'infirmerie du monastère vendredi, jour de son anniversaire.

Fragilisée par son âge vénérable, soeur Beaulieu demeure toutefois bien lucide. Assise dans le fauteuil de sa chambre, l'oeil vif et les doigts déposés sur un missel, elle s'est fait un plaisir de revenir sur les événements marquants de sa vie. Comme la trentaine d'années passées à travailler comme infirmière à l'hôpital de Chicoutimi, particulièrement au département Saint-Camil, où les chambres privées étaient réservées aux membres du clergé et aux détenteurs de professions libérales.

En 1964, la religieuse a joint les rangs d'une mission à Zahlé, au Liban. Elle y est demeurée pendant 11 ans, travaillant auprès des malades et des démunis. Mais la guerre a eu raison des missionnaires. Soeur Beaulieu et ses collègues ont fui, allongés sur le plancher d'une ambulance.

«On a fait beaucoup de bien là-bas. Les malades m'aimaient beaucoup», dit la frêle dame, coiffée pour l'occasion du voile noir, étoffe symbolique d'un jour spécial.

À partir de 1975, la religieuse a oeuvré à l'économat de sa communauté. L'actuelle supérieure, Jeanne-D'Arc Guillemette, précise que sa collègue a été active auprès de l'économe des Augustines jusqu'en 2011.

«À 102 ans, elle faisait encore des commissions et des achats. Elle était très en forme», pointe la soeur supérieure.

Quant au secret de soeur Laura Beaulieu pour vivre aussi longtemps, la principale intéressée est sans équivoque :

«Le Seigneur a toujours veillé sur moi et m'a donné une bonne santé. C'est une grande grâce d'avoir vécu la vie que j'ai vécue. Je suis toute petite. Je ne suis qu'un grain de sel, mais il m'a donné la force de sauver des âmes», a-t-elle exprimé avec sincérité.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer