Machine à papier #14 de l'usine d'Alma de PFR

Quatre semaines de fermeture

La machine à papier #14 de l'usine d'Alma... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

La machine à papier #14 de l'usine d'Alma de Produits forestiers Résolu fermera pendant quatre semaines d'ici la fin de l'année.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-FÉLICIEN) La machine à papier #14 de l'usine d'Alma de Produits forestiers Résolu fermera pendant quatre semaines d'ici la fin de l'année.

La compagnie a annoncé cette décision hier matin. Une première fermeture de deux semaines aura lieu en octobre et une seconde en novembre. En plus d'Alma, deux machines à Baie-Comeau cesseront de fonctionner pour une période indéterminée tandis que la papetière d'Amos arrêtera pendant un mois.

Àl'usine d'Alma, 40 employés seront affectés par cette décision. «La consommation de papier en Amérique du Nord diminue, le problème d'approvisionnement majeur en fibre au Québec qui perdure et le coût élevé de cette fibre - particulièrement dans la région de la Côte-Nord - sont les principaux facteurs qui ont conduit à cette décision», a expliqué le porte-parole de Résolu, Karl Blackburn.

Malgré l'affaiblissement de la valeur de la devise canadienne par rapport au dollar américain, les usines québécoises ne réussissent pas à être plus concurrentielles, avance la compagnie.

Ce qui laisse présager le pire pour les usines québécoises dans le futur si le contexte ne s'améliore pas. «C'est certain que nous choisissions les usines qui sont les moins chères à opérer. Il faudra trouver une solution avec le gouvernement pour réduire les coûts de la fibre», a-t-il insisté.

Karl Blackburn n'écarte pas la possibilité que des fermetures se répètent à Alma dans le futur. Surtout que la réouverture de Whitebirch à Québec vient ajouter de la production dans le type de papier que fabrique la machine #14 à Alma.

Si la dégringolade de la demande se poursuit, ce sont d'autres usines du groupe qui pourraient écoper, d'autant plus que selon Résolu, la demande pour le papier journal a chuté de 69% en 14 ans. L'an dernier, la baisse mondiale a été de 7% soit 2 millions de tonnes.

Le grand patron de Résolu, Richard Garneau, lors d'une entrevue avec Le Quotidien à la fin du mois d'août, avait signalé son inquiétude face à la rareté des copeaux au Québec à cause de la réduction des volumes de bois disponible. Une situation qui aura pour effet de retarder des investissements dans les installations.

Pour ce qui est de l'usine de Baie-Comeau, une fermeture indéterminée laisse planer le pire. Celle de Dolbeau-Mistassini a vécu la même situation, il y a quelques années, avant que la compagnie annonce une fermeture définitive.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer