Pratiques forestières

Québec veut donner l'heure juste aux clients

Laurent Lessard a dévoilé que son gouvernement avait... (Archives La Tribune)

Agrandir

Laurent Lessard a dévoilé que son gouvernement avait entrepris une tournée des clients américains de l'industrie forestière pour remettre les pendules à l'heure concernant la qualité de la protection de la forêt québécoise.

Archives La Tribune

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-FÉLICIEN) Des représentants du gouvernement du Québec se sont rendus à New York, Denver et Atlanta pour rencontrer des clients de l'industrie forestière afin de leur expliquer les pratiques appliquées dans la gestion et l'exploitation de la forêt.

« Il y a eu des surprises. Ce n'est pas ce qui leur avait été présenté par certains groupes. Il y avait une distorsion. Ils ont compris que nous avions les critères les plus sévères au monde. Nous avons expliqué tout ce que nous faisions pour assurer la pérennité de la forêt. Que nous gardions le capital et que seulement l'intérêt était coupé », a illustré le ministre des Forêts, Laurent Lessard. Le gouvernement a rencontré de gros clients comme Herst, le New York Times et Home Depot.

Il assure que ces démarches d'explications du régime forestier québécois vont se poursuivre, notamment en Europe. Des ententes sont à intervenir avec le gouvernement canadien pour bien informer les délégués commerciaux dans les ambassades.

Comme les certifications environnementales sont importantes pour plusieurs compagnies qui utilisent du papier ou vendent du bois, le gouvernement veut démontrer qu'ils ont tout intérêt à acheter québécois à cause de la rigueur du régime forestier. « C'est 85 % du territoire qui est certifié, ce qui représente 30 millions d'hectares. C'est un avantage concurrentiel », a-t-il révélé.

Le gouvernement n'a donc pas les bras croisés. « C'est ce que j'ai présenté aux élus lors de notre rencontre de ce midi (hier). Ils ont bien compris notre démarche. Nous avons convenu de nous coordonner et d'en faire encore plus, notamment au Québec. Nous allons faire la promotion du bois, défendre notre régime et mieux vulgariser l'information », a promis le ministre.

FSC

Par ailleurs, Laurent Lessard a indiqué que des rencontres devront avoir lieu avec les dirigeants de FSC Canada pour remettre les pendules à l'heure. « Les consultations, ça doit être fait dans les deux sens. On apprend qu'il y aura des modifications à certains paramètres de la certification et on ne nous consulte pas. Ils doivent respecter les structures qui sont en places et négocier avec les bons interlocuteurs », a-t-il lancé.

Il a donné comme exemple la suspension de la certification sur deux territoires de coupes à Produits forestiers Résolu. Les non-conformités touchent des éléments qui concernent le gouvernement, dont la protection du caribou forestier et des ententes avec les Premières nations. « Ils auraient dû rencontrer le ministère pour discuter des problématiques qui sont de notre juridiction plutôt que d'imposer des sanctions à la compagnie forestière qui s'occupe des opérations. Des ajustements devront être faits pour éviter que des décisions viennent perturber l'économie du Québec. FSC ne peut interférer dans le rôle de l'état », tranche-t-il.

Partager

À lire aussi

  • Les métiers de la forêt attirent encore

    Actualités

    Les métiers de la forêt attirent encore

    Il y a encore des adolescents qui sont intéressés par les métiers de la forêt. Ils sont plus de 400 à participer à l'activité « Viens vivre la forêt... »

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer