André Simard accusé de bris de conditions

Arrêté en sortant de chez lui

André Simard... ((Archives))

Agrandir

André Simard

(Archives)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Marie Gravel
Le Quotidien

(CHICOUTIMI) André Simard a été arrêté, mardi matin, pour bris de conditions. L'ex-policier aurait tenté d'entrer en contact avec trois de ses victimes. Il a rapidement pu reprendre sa liberté, mais devra revenir devant le juge le 9 décembre.

Un mandat d'arrestation a été lancé contre l'ex-policier de la Sécurité publique de Saguenay en raison de manquements à ses conditions de remise en liberté. Il a été arrêté à la sortie de sa résidence, à 8 h 30 hier matin.

On reproche à l'ex-policier d'avoir communiqué, par le biais d'une tierce personne, avec trois de ses victimes, entre le 25 avril et le 7 mai 2014, et par le fait même d'avoir fait entrave à la justice en demandant aux plaignantes, toujours par le biais de quelqu'un d'autre, de faire de nouvelles déclarations aux policiers.

Cinq chefs d'accusation ont été déposés contre lui. En plus de trois chefs de non-respect d'engagement, André Simard devra faire face à des accusations d'avoir failli à l'obligation de garder la paix et avoir une bonne conduite.

Des accusations que rejette fermement l'avocat de la Défense, Me Dominic Bouchard.

Le cas d'André Simard devait déjà revenir en cour, hier matin, afin de fixer une date pour la tenue d'un procès pour un bris de promesse. En 2010, il n'avait pas respecté l'interdiction de consommer de l'alcool en attente de son procès. Il a été convenu qu'il devra se présenter en cour le 19 décembre prochain dans ce dossier.

Appel

Rappelons qu'en août dernier, la Cour d'appel du Québec a accueilli positivement la requête de Me Bouchard d'en appeler des verdicts de culpabilité prononcés contre André Simard pour six agressions sexuelles et quatre chefs de trafic de haschisch. Des événements survenus sur son ponton ou chez des amis en 2009 et 2010.

Condamné à une peine de deux ans moins un jour, l'ex-policier, qui a été incarcéré dès le prononcé de sa sentence, a pu reprendre sa liberté deux semaines plus tard en attente des réponses sur les appels de ses verdicts de culpabilité et de la sentence prononcée à son endroit.

Engagements

Il doit toutefois respecter divers engagements, soit garder la paix, demeurer à Jonquière et se trouver à son domicile la nuit. Il est également soumis à une interdiction de communiquer avec les témoins des événements, de consommer de l'alcool ou de la drogue et de se trouver dans un endroit où il y en a.

La date à laquelle André Simard reviendra en cour pour l'audition de l'appel n'a encore pas été déterminée. Les avocats sont en processus de rédaction du mémoire d'appel.

Amgravel@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer