Les skieurs Adam et Sami Lamhamedi représenteront le Maroc à Sotchi

En préparation au Mont-Édouard

Sami et Adam Lamhamedi entourent leur entraîneur, Martin... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Sami et Adam Lamhamedi entourent leur entraîneur, Martin Côté.

(Photo Rocket Lavoie)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(L'Anse-Saint-Jean) Le Maroc n'est pas exactement ce qu'on pourrait appeler une pépinière d'athlètes dans les sports d'hiver. Originaires de Québec, mais ayant la nationalité marocaine, Adam et Sami Lamhamedi représenteront le pays africain aux Jeux olympiques de Sotchi en ski alpin. Les deux jeunes athlètes peaufinent leur préparation en fin de semaine dans la région, plus précisément au Mont-Édouard.

Tout le monde a déjà entendu parler des Jamaïcains qui avaient participé aux Jeux olympiques de Calgary en 1988. Les frères Lamhamedi écriront à leur façon l'histoire du Maroc. Nés au Québec, ils ont vraiment un cheminement particulier. Leur père est originaire du Maroc, ce qui leur confère la double citoyenneté. Adam, aujourd'hui âgé de 18 ans, est celui qui a permis la réalisation de ce rêve olympique.

Petit retour rapide dans le temps: en 2011, le nom Lamhamedi était bien peu connu dans le cercle fermé du ski alpin. Après une année à porter les couleurs du Canada, Adam a décidé qu'il voulait dorénavant défendre l'honneur de son pays d'origine, une question de fierté, précise-t-il. Puis, il a remporté l'or en slalom géant aux Jeux olympiques de la jeunesse, à Innsbruck, en Autriche. Cette victoire très étonnante a changé sa vie. «C'est vraiment parti à compter de ce moment. Depuis, j'ai vraiment le support du Maroc», d'affirmer Adam Lamhamedi, rencontré hier entre deux descentes.

Sans entrer dans les détails, grâce à ses bonnes performances, et surtout sa constance, lors de la période de qualification olympique sur le circuit de la Fédération internationale de ski, l'aîné a réussi sans trop de problèmes à se qualifier pour les Jeux de Sotchi. Il recevra la confirmation officielle le 19 janvier, mais il est déjà inscrit sur la liste des participants pour les épreuves de slalom et de slalom géant. Pour sa part, Sami Lamhamedi aurait pu devenir le plus jeune skieur de l'histoire à participer aux Jeux olympiques, mais finalement, une Française d'origine marocaine est parvenue à obtenir sa place pour Sotchi, et comme le Maroc détenait préalablement une place féminine et une autre masculine, l'athlète de 16 ans sera substitut, mais fera tout de même le voyage en Russie ainsi que leur entraîneur, Martin Côté. En tout et partout, la délégation marocaine comptera sept personnes.

À seulement 18 ans, Adam Lamhamedi peut difficilement envisager une médaille à Sotchi. Il soutirera cependant un bagage inestimable de cette expérience. «Les meilleurs gars ont entre 26 et 36 ans, j'en ai 18», fait remarquer celui qui portera fièrement les couleurs du Maroc.

«N'importe quel skieur rêverait d'aller aux Jeux olympiques et skier avec les meilleurs. Tu apprends beaucoup de ces expériences, poursuit-il. Le Maroc, ce n'est pas un pays où les gens s'attendent à des médailles aux Jeux d'hiver. Juste représenter un pays africain en ski, c'est quelque chose.»

Les deux frères Lamhamedi attirent d'ailleurs l'attention au Maroc. Ils quitteront le Québec le 30 janvier prochain. Avant de se diriger en Russie, ils participeront à une grosse conférence de presse au Maroc.

Au Mont-Édouard

Le mois de janvier est synonyme de camps d'entraînement au Mont-Édouard. Ce n'est pas tous les jours que des athlètes olympiques y font un arrêt. Malgré le froid ''olympique'', Sami et Adam Lamhamedi ont dévalé hier la pente 6A à de nombreuses reprises. Ils partageaient la piste avec des athlètes de l'équipe régionale de l'Estrie. À compter de lundi, les skieurs du Rouge et Or tiendront un camp d'entraînement. Questionné sur le sujet, l'aîné de la famille semblait apprécier les conditions.

«La piste est vraiment bonne. Il y a beaucoup de petites bosses et il n'y a pas beaucoup de pistes au Québec aménagées de cette façon. Ça permet de bien travailler les habiletés. En plus, on a la piste pour nous», a-t-il confié avec le sourire.

Les Marocains n'ont jamais eu la chance de skier dans les pentes de Sotchi. Ils ont tout de même une bonne idée de quoi s'attendre.

«J'ai parlé avec des athlètes qui y sont allés et ils m'ont dit que c'était l'une des pistes les plus imposantes au monde. Ce n'est pas une petite piste», soutient Adam Lamhamedi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer