Selon Gérard Bouchard

Québec ouvre la porte à un débat acrimonieux

Gérard Bouchard... (Archives Jeannot Lévesque)

Agrandir

Gérard Bouchard

Archives Jeannot Lévesque

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Chicoutimi) Gérard Bouchard croit fermement que le projet de Charte des valeurs québécoises du Parti québécois va donner lieu à un débat âpre et acrimonieux et ne fera que diviser les Québécois. Dans le meilleur des cas, il pense que Québec devrait scinder son projet en deux, en s'attardant sur les accommodements et en laissant tomber les symboles religieux.

Coprésident de la Commission Bouchard-Taylor sur les accommodements raisonnables, M. Bouchard y va d'une critique sans réserve à l'endroit du projet déposé par le ministre Bernard Drainville. Dans le contexte actuel, le Québec en sortira tout simplement blessé et les coupures pourraient être profondes.

«En sachant que le débat sera acrimonieux, qu'il va diviser les Québécois et les monter les uns contre les autres, ça va faire mal.

«Je crois que l'on devrait couper le projet en deux. Il pourrait s'attarder au volet des accommodements. Québec pourrait obtenir un consensus sur la façon de le gérer. Mais il devrait laisser de côté les symboles religieux, car la population n'est pas prête à ça», commente Gérard Bouchard.

L'historien a écouté attentivement le point de presse du ministre Drainville. Il a étudié chaque point du document et il fait ressortir des arguments sérieux pour dénoncer la façon de faire.

«Le ministre vise un appui de la majorité. Et cette majorité proviendra de la population francophone et canadienne-française. Une majorité qui va décider les droits des minorités. Et ce sera la même manière de procéder pour le droit de retrait. La majorité va décider pour la minorité.

«Pourtant, c'est à l'État de statuer sur les droits des minorités en fonction des grandes Déclarations des droits de l'homme», lance Gérard Bouchard, lors d'un entretien hier après-midi.

Le professeur de l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC) pense que le projet fera face à un problème de droit important. Il convient qu'un gouvernement peut restreindre et supprimer des droits, mais il doit s'appuyer sur un motif supérieur afin de lui permettre de passer le test du tribunal. Il donne en exemple la loi 101. Il s'agissait d'un motif impérieux, car il fallait sauver l'avenir de la francophonie québécoise. «Il s'agissait d'un motif supérieur. Même la Cour suprême du Canada a reconnu sa légitimité. Mais là, je ne vois aucun motif supérieur à l'adoption de cette charte. On veut que les employés de l'État laissent tomber les signes religieux afin de rester neutres. Un enseignant portant un signe de sa foi propagerait indûment le goût du religieux, déformerait l'esprit des jeunes. Ça ne repose sur aucune démonstration.»

Droit de retrait

Gérard Bouchard dénonce aussi l'intention du gouvernement d'accorder un droit de retrait aux villes, aux institutions de l'État. Il craint que le Québec vive une disparité importante sur le port ou non des symboles religieux. «Ce droit de retrait va entraîner une fragmentation juridique du Québec. Un cégep pourrait décider d'interdire le port du voile et un autre le permettre. Une ville pourrait décider de garder ses symboles religieux, de conserver la prière et même d'en ajouter, alors qu'ailleurs ce serait tout le contraire», indique-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer