Lac Pilote au nord de Dolbeau-Mistassini

Noyade

Le corps d'un homme de 59 ans de... ((Photo Frédéric Cantin))

Agrandir

Le corps d'un homme de 59 ans de Saint-Prime a été repêché des eaux du Lac Pilote, hier en fin d'après-midi.

(Photo Frédéric Cantin)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Isabelle Tremblay
Le Quotidien

(DOLBEAU-MISTASSINI) Le corps d'un homme de 59 ans de Saint-Prime a été repêché des eaux du Lac Pilote, hier en fin d'après-midi. Le quinquagénaire semble s'être noyé alors qu'il pêchait. Son cadavre a été localisé par des membres de sa famille, à côté de son canot qui était renversé.

Le Primois avait quitté son domicile lundi dernier pour se rendre en forêt. Il était propriétaire d'un chalet, situé dans les environs du kilomètre 82 du chemin de Produits forestiers Résolu, au nord de Dolbeau-Mistassini. Cet endroit est difficile à trouver en raison des nombreux chemins et embranchements qui s'y trouvent. Les représentants du Progrès-dimanche l'ont appris à leurs dépens.

Les proches de l'homme se sont rendus en forêt vendredi pour le rejoindre, mais il n'était pas présent à leur arrivée. Après avoir passé la nuit dans leur chalet, les personnes étaient toujours sans nouvelles du quinquagénaire hier matin, ce qui a semé l'inquiétude.

Des recherches ont alors été amorcées. «Les proches ont été en mesure de localiser la camionnette et le VTT de la victime. La famille a aperçu par la suite un canot renversé à l'autre bout du lac et un corps qui flottait», indique Christine Coulombe, porte-parole de la Sûreté du Québec.

Le campement d'une entreprise en travaux sylvicoles se trouve à quelques kilomètres de l'endroit où le corps a été retrouvé. Lubain D a accueilli les proches du Primois pour appeler les secours après qu'ils aient fait la macabre découverte. «Il y avait deux femmes et un enfant. Les personnes venaient de retrouver le corps d'un homme qui s'était rendu à la pêche. Elles se sont rendues ici pour appeler les policiers. Elles pleuraient, c'était triste. Elles sont restées ici pour attendre l'arrivée des policiers et de l'ambulance», témoigne le débroussailleur.

Plus de détails dans la version papier du Progrès-Dimanche//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer