Mise en valeur du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi

Retour dans le passé avec un iPad

La directrice des collections et de la recherche... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

La directrice des collections et de la recherche à la Pulperie, Nathalie Boudreault, signale que la mise en valeur du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi se fera en tout respect du caractère vierge des lieux. Aucun bâtiment ne sera construit.

(Photo Rocket Lavoie)

Partager

Mélyssa Gagnon
Mélyssa Gagnon
Le Quotidien

(Chicoutimi) Un projet majeur visant la mise en valeur du Poste-de-Traite-de-Chicoutimi est sur le point de se concrétiser. En plus de rendre le site historique accessible aux citoyens, le musée de la Pulperie mettra sur pied une exposition permanente dotée d'un volet interactif sans précédent. Le tout nécessitera un investissement de 1 million $.

Après l'annonce, il y a quelques mois, de l'injection de 400 000 $ par Saguenay, voilà que le ministère de la Culture et des Communications du Québec accepte de contribuer au projet à hauteur de 500 000 $. Intitulée « Site historique du Poste-de-Traite, marquer l'imaginaire », l'initiative à saveur historique a pour but de protéger ce joyau naturel, considéré comme le berceau de la ville.

Directrice des collections et de la recherche à la Pulperie de Chicoutimi, Nathalie Boudreault précise que dès cette année, des sentiers seront aménagés dans le secteur compris entre le boulevard Saguenay et la rue Price, l'endroit même où a été établi, vers 1676, le poste de traite de Chicoutimi. C'est principalement là que serviront les 400 000 $ octroyés par la Ville. L'équipe multidisciplinaire formée d'historiens et d'archéologues chargée de piloter le dossier souhaite préserver la virginité et l'aspect naturel des lieux. Aucun bâtiment ne sera donc construit dans ce secteur boisé riche en histoire.

« On veut laisser ça in situ, à l'état vierge, et permettre à la population d'y circuler de manière sécuritaire. Le site est d'ailleurs protégé et on ne peut pas y faire n'importe quoi. Tout le monde est en accord pour dire qu'il faut préserver les lieux et conserver ce parc dans son état naturel. Nous n'avons donc pas l'intention d'installer des panneaux d'interprétation », fait valoir Nathalie Boudreault. Des véhicules lourds seront donc à l'oeuvre au cours des prochaines semaines afin d'ouvrir la voie aux nouveaux aménagements.

Plus de détails dans la version papier du Progrès-Dimanche//

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer