Des économies «instantanées»

Grimard veut redorer le blason de la ville

Paul Grimard a étayé plusieurs améliorations pour la... (Photo Tommy Plante)

Agrandir

Paul Grimard a étayé plusieurs améliorations pour la Ville de Saguenay s'il est élu maire en novembre prochain.

Photo Tommy Plante

Partager

Le Quotidien

(Chicoutimi) Paul Grimard tient à redorer le blason de Saguenay, et ce, dès la toute première journée où il sera élu maire. De passage au Cercle de presse du Saguenay, hier, le candidat de l'Équipe du renouveau démocratique (ERD) qui affronte l'actuel maire Jean Tremblay aux prochaines élections municipales mentionne qu'il y a des économies «instantanées» à faire dans les différentes sections de l'administration publique.

Paul Grimard affirme également qu'il fera tout pour éviter une hausse de taxes dans les prochaines années. «Je vais m'arracher tout ce qui me reste de cheveux sur la tête pour m'assurer que le compte de taxes n'augmente pas», image Paul Grimard. Le candidat de l'Équipe du renouveau démocratique ne comprend pas comment une ville comme Saguenay peut avoir autant de potentiel, sans toutefois l'exploiter au maximum de ses ressources.

Avec trois usines d'aluminium, une papeterie et des infrastructures portuaires avec Rio Tinto Alcan (RTA) le candidat soutient qu'il ne connaît pas d'autre ville au Québec qui est comme cela. «Nous devrions profiter de cela pour améliorer notre développement économique», lance-t-il.

Paul Grimard avance que le développement économique deviendra une priorité pour lui et son conseil. Le chef de l'Équipe du renouveau démocratique assure également que la population a fait preuve de laxisme à l'égard des choix de Saguenay dans plusieurs dossiers municipaux depuis plusieurs années.

«C'est un peu la responsabilité de tout le monde, moi y compris. La ville est à la dérive et il faut remédier à cette situation. Il ne faut plus entrer en conflit d'intérêts comme l'actuelle administration Tremblay-Harvey», prétend l'homme d'affaires. Paul Grimard souhaite aussi redonner la parole aux élus municipaux.

Selon lui, l'arrivée de Jean Tremblay à la mairie n'a fait qu'effacer la présence des conseillers municipaux. «Je tiens à ce qu'ils prennent plus la parole lors des assemblées, mais aussi qu'ils me complètent bien. Nous travaillons d'arrache-pied depuis deux ans. Nous ne sommes pas un feu de paille», conclut le candidat.

Précisions

Paul Grimard a précisé qu'il n'était pas contre la bibliothèque de Jonquière. Cependant, il se questionne sur le montant total de l'investissement. Il a également mentionné qu'il ne négligeait pas le dossier de la prière, précisant que s'il était élu maire, le début du conseil serait réservé pour un moment de réflexion.

Concernant ses expériences antérieures, le candidat a voulu rappeler la longue route professionnelle qui l'avait mené jusqu'à aujourd'hui. «Je n'ai aucune inquiétude à dévoiler mon curriculum vitae à la population. Je connais ma feuille de route pour m'être rendu jusqu'ici», assure-t-il.

Antoine Desrosiers

adesrosiers@lequotidien.com

stagiaire

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer