Georges Bouchard réclame un moratoire

Le maire de Sainte-Monique-de-Honfleur, Georges Bouchard, réclame un moratoire... (Photo archives)

Agrandir

Photo archives

Partager

(ALMA) Le maire de Sainte-Monique-de-Honfleur, Georges Bouchard, réclame un moratoire quant au développement de la filière éolienne au Québec.

Mardi soir, lors de la séance mensuelle de la MRC de Lac-Saint-Jean-Est, le maire Bouchard a vivement dénoncé la récente décision du gouvernement d'interrompre la presque totalité des projets de minicentrales hydroélectriques. Notamment, il juge inacceptable que l'État prive les communautés de cette importante source de revenus tout en encourageant l'épanouissement de l'industrie éolienne, trop coûteuse.

Sans nuance, il affirme que rien ne justifie le financement, par Hydro-Québec, de ce créneau énergétique.

«Ça ne fait pas de sens. Le coût du kilowatt est beaucoup trop cher, la fabrication des pièces se fait davantage à l'extérieur, la durée de vie d'une éolienne est limitée à 20 ou 25 ans, et nous sommes en surplus énergétique au Québec. (...) À court terme, je dis qu'il faut avant tout repartir les projets hydroélectriques. À part l'image, je ne vois pas pourquoi le gouvernement est embarqué dans le développement éolien (au départ)», explique-t-il.

Entre autres arguments, il ajoute que la construction d'un ouvrage hydroélectrique engendre des retombées locales plus importantes et fait appel à l'ingéniosité et l'expertise des Québécois.

«Nos barrages sont solides et sont rentables dans le temps», insiste-t-il.

Une résolution devrait être rédigée en vue de la prochaine assemblée publique.

Chasseurs de têtes

Dans un autre ordre d'idées, la coprésidente d'honneur du Défi des têtes rasées Leucan 2013 dans la région, Lili Simard, entourée de quatre acolytes, a pris tout le monde par surprise en demandant au préfet André Paradis de mettre sa tête à prix. Dans Lac-Saint-Jean-Est, l'objectif à atteindre est de 25 000$.

Pour cette grande demande, la Mairesse de Métabetchouan-Lac-à-la-Croix était accompagnée de Johanne Simard, Doris Lavoie, Sylvie Beaumont et Alexandra Houle, toutes des femmes qui se distinguent dans leur milieu.

Spontanément, le préfet Paradis a accepté l'invitation.

L'événement aura lieu au Centre Alma, le 9 juin prochain.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer