Jimmy Larouche voulait pour Alma une soirée digne des grands festivals

Tapis rouge pour «La Cicatrice»

Jimmy Larouche devant l'affiche de son film la... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Jimmy Larouche devant l'affiche de son film la cicatrice lors du tapis rouge d'Alma.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partager

Sur le même thème

Roger Blackburn
Le Quotidien

(Alma) Le réalisateur almatois du film La Cicatrice, Jimmy Larouche, a mis tout son coeur, hier soir, pour organiser un tapis rouge digne des grands festivals de cinéma, à Alma, pour la première mondiale du long métrage, entièrement tourné à Alma, qui traite d'intimidation.

« Des gens m'ont dit que c'était risqué de faire un lancement de film en région. Si ça ne lève pas, les gens n'iront pas au lancement montréalais. Je prends le risque, sans le soutien d'Alma, ce film n'aurait pas été fait », a lancé le cinéaste, visiblement content de voir son monde rassemblé le long du tapis rouge aménagé dans le hall de l'Hôtel Universel à Alma.

« C'est l'fun de se retrouver sous les projecteurs. Le film m'a permis de vivre ça lors des derniers mois un peu partout dans le monde et je voulais que les figurants, les techniciens, les bénévoles et les commanditaires du film vivent ça », a lancé l'Almatois encore ému par les témoignages des comédiens à son égard pendant qu'il animait le tapis rouge sous le feu des caméras et des éclairages.

Tout y était, près de 200 personnes de chaque côté du tapis rouge et une dizaine de photographes et caméramans ont accueilli, sous les applaudissements, les figurants régionaux du film et les vedettes plus connues. Tous se sont prêtés au jeu du tapis rouge dans une ambiance festive empreinte de fierté.

Un risque

Le jeune réalisateur, qui a tout misé sur La Cicatrice, souhaite maintenant faire mentir les entreprises qui l'ont boudé pour la distribution.

« Ma vie n'est que risque financier. Tout l'argent que j'aurais pu me verser en salaire pour ce projet, je l'ai réinvesti dans la distribution que je fais moi-même. J'ai payé pour la location des 15 salles de cinéma où le film sera diffusé. J'ai acheté de la publicité dans les journaux, j'ai payé pour la création d'une affiche, j'organise des promotions. J'ai tout misé pour ce film », confie le jeune réalisateur qui espère dépasser les 100 000 spectateurs au guichet.

Le film sera d'ailleurs projeté au Saguenay dès vendredi, le 5 avril, puis prendra ensuite l'affiche ailleurs au Québec.

Plus de détails dans la version papier du Quotidien//

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer