Dominic Morissette, policier du Net

Surveiller la planète sur son ordinateur

Fondateur de Police du net, Dominic Morisette a... ((Photo Rocket Lavoie))

Agrandir

Fondateur de Police du net, Dominic Morisette a le vent dans les voiles. Les services offerts par son entreprise sont de plus en plus en demande.

(Photo Rocket Lavoie)

Partager

Laura Lévesque
Le Quotidien

(Chicoutimi) Dominic Morisette s'attaque aux pirates informatiques. Téléchargements illégaux de musique, arnaques et chantage sur la Toile, vol de droits d'auteur; le Saguenéen débusque les liens illégaux pour ses nombreux clients qui souhaitent les voir disparaître d'Internet.

Dominic Morisette a fondé Police du Net il y a un peu plus deux ans. Une entreprise aujourd'hui classée au 44e rang des 13 000 organismes de protection du droit d'auteur, selon Google Transparency.

En effet, Police du Net demeure l'une des rares entreprises du genre au monde.

Musique

M, Morissette s'est d'abord fait connaître dans l'industrie de la musique. Les compagnies de disques font affaire avec le Saguenéen avant la sortie d'album pour éviter toute fuite. À l'aide d'un dispositif de surveillance qui balaie en permanence la totalité de l'internet, il peut dénicher tous les liens légaux et illégaux susceptibles d'apparaître sur la Toile. Ensuite, par tri manuel, il identifie les liens frauduleux pour ensuite les faire retirer.

«Par exemple, on m'envoie le CD de Marie-Mai quelques jours avant sa sortie. À partir de ce moment, je surveille le Net pour vérifier qu'il n'y a pas de fuite. Si je vois un lien pour un téléchargement illégal, je demande aux administrateurs du site d'hébergement de retirer le fichier. Ça peut se faire en l'espace de quelques heures. Sur Google ou YouTube, c'est plus rapide, car je suis reconnu modérateur par ces sites. C'est-à-dire que tout ce que je juge frauduleux, je peux le faire retirer dans la seconde», explique l' ancien réserviste pour les Forces armées canadiennes.

En entrevue, M. Morisette fait une démonstration à la journaliste avec son plus récent client Pierre Lapointe, qui a sorti un album dernièrement. Après avoir découvert plusieurs liens illégaux, Dominic Morissette demande leurs retraits en faisant parvenir un texte légal et des documents prouvant qu'il est autorisé à agir comme une tierce partie.

«Pour Pierre Lapointe, c'est différent, car je n'ai eu le contrat que lorsque la compagnie de disque s'est rendu compte qu'il y avait des fuites. Si je prends le projet plus tôt, c'est possible d'éviter toute hémorragie», précise-t-il.

Marie-Mai, Lisa Leblanc, Paul Daraîche et Karim Ouellet font partie des artistes dont les oeuvres sont surveillées par Dominic Morissette. Ce dernier continue de protéger leurs droits d'auteurs même après la sortie de leur disque.

«Ces chanteurs sont encore dans le top du palmarès des ventes. Paul Daraîche a même battu Céline Dion. Ce n'est pas pour rien. Les gens ne peuvent pas télécharger leur musique illégalement. Et Céline ne fait pas partie des mes clients», exprime, le sourire aux lèvres, le Fulgencien, qui peut également retirer les fichiers Torrents.

Plus de détails dans la version papier du Progrès-Dimanche//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer