Difficile d'être pour ou contre une minicentrale à Val-Jalbert

Gérard Bouchard se sent insuffisamment informé

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada... (Archives Jeannot Lévesque)

Agrandir

Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs à l'UQAC, le professeur Gérard Bouchard estime qu'une information fiable sur le débit de la chute aiderait à prendre position sur le sujet.

Archives Jeannot Lévesque

Partager

Sur le même thème

Isabelle Tremblay
Le Quotidien

(Chicoutimi) « Il y a une lacune fondamentale dans le débat actuel parce que l'information centrale est soit manquante, soit contradictoire. Je souhaite que quelqu'un nous donne l'heure juste sur le débit qu'aura la chute Ouiatchouan après la mise en opération du barrage de Val-Jalbert », affirme, en entrevue au Quotidien, le professeur Gérard Bouchard, titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur les imaginaires collectifs à l'Université du Québec à Chicoutimi (UQAC).

Étant donné l'intensité et les enjeux reliés au débat qui sévit dans le cadre de la construction d'une minicentrale hydroélectrique sur le site du Village historique de Val-Jalbert, Gérard Bouchard pense que le public devrait savoir ce qu'il adviendra réellement du débit d'eau de la chute Ouiatchouan. Il signe d'ailleurs à ce sujet une lettre ouverte publiée en page 10 de la présente édition du Quotidien.

Le professeur soutient qu'il importe peu que cette information provienne du promoteur du projet ou de ses opposants, pourvu qu'elle soit fiable.

« Le public est en droit d'obtenir des données compilées par une source non partisane. Nous devons avoir des renseignements complètement crédibles et dont on connaît parfaitement la provenance. Je m'étonne qu'une information aussi fondamentale que celle-ci ne soit pas accessible aisément et qu'elle ne soit pas plus présente dans les échanges et la controverse », pointe le professeur.

Même s'il suit de près l'évolution de la situation dans les médias, il soutient ne pas avoir encore trouvé de réponse satisfaisante par rapport à cette question.

« Je sais ce que les uns et ce que les autres disent. Je suis bien informé. Toutefois, je ne suis pas en mesure de me prononcer en faveur ou contre le projet, car nous ne disposons pas de l'information principale qui permettrait d'y voir plus clair. Il est important d'obtenir ces renseignements afin de prendre une décision éclairée dans l'intérêt de tout le monde. »

M. Bouchard souhaite que des précisions soient apportées au grand public en ce qui a trait au débit actuel de la chute Ouiatchouan et ce qu'il deviendra après la construction du barrage. Selon lui, il faudrait aussi connaître de source sûre le débit minimal qui permettrait à la chute de conserver son attrait.

« Si jamais on achevait la construction du barrage et que l'on découvrait qu'il ne reste qu'un filet d'eau dans la chute, ce serait une catastrophe irréparable », conclut-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer