Son identité dévoilée dans quelques jours

L'ERD a trouvé l'adversaire du maire

L'Équipe du renouveau démocratique tenait son assemblée générale... ((Photo Michel Tremblay))

Agrandir

L'Équipe du renouveau démocratique tenait son assemblée générale annuelle, hier, à La Baie.

(Photo Michel Tremblay)

Partager

Sur le même thème

Marielle Couture
Le Quotidien

(Chicoutimi) L'Équipe du renouveau démocratique a identifié le candidat qui affrontera le maire Jean Tremblay en novembre. Mais son identité ne sera révélée qu'au courant de la prochaine semaine. Le but de l'ERD est d'avoir un candidat dans chacun des 19 districts.

Pour le moment, seuls quatre ou cinq candidats sont confirmés. « D'autres ont manifesté leur intérêt, avance Jacques Carignan, responsable du programme au sein du conseil d'administration et futur responsable de la mise en place de la structure électorale. Certains attendent de voir le programme définitif, alors que d'autres souhaitent savoir qui sera le candidat avant de poser officiellement leur candidature. Au cours de son assemblée générale annuelle hier, à La Baie, l'ERD a franchi une étape importante, puisqu'à la suite d'une vaste consultation des membres, elle procédait au dépôt de son programme électoral pour approbation en vue des prochaines élections municipales.

À l'issue de cette assemblée, M. Carignan précise que le programme a été discuté et devra être amendé avant de pouvoir être approuvé et présenté publiquement, dans deux semaines.

Demande d'enquête

De son côté, Jacques Pelletier, président de l'organisation, réclame une enquête concernant le plus récent rôle d'évaluation foncière de Saguenay. Selon lui, il s'agit d'une question d'équité. « C'est un dossier délicat, et je ne souhaite pas porter de jugement sur les gens en place, explique-t-il. En revanche, les procédures ayant mené à ce rôle d'évaluation sont questionnables, et je souhaite qu'il y ait une vérification indépendante sur le sujet, soit la tenue d'une commission d'enquête, ou encore un examen effectué par la vérificatrice générale. » En se basant à la fois sur un vaste échantillonnage effectué sur le territoire et à la suite de nombreux témoignages de citoyens mécontents, ou simplement ébahis par leur nouvelle évaluation, M. Pelletier sème le doute quant à la légitimité du dernier rôle d'évaluation.

« Avant, la municipalité faisait affaire avec des firmes externes pour effectuer ce mandat. La décision a été prise de confier le mandat à l'interne, et donc d'engager un consultant afin de refaire le rôle d'évaluation. M. Gérard Brahic aurait reçu ce mandat sans passer par un appel d'offres, mandat s'élevant à tout près d'un million $. Même si la façon de faire de la municipalité n'est pas illégale, elle n'est pas équitable, poursuit M. Pelletier. C'est un dossier qui doit être traité pour rassurer la population, puisqu'il semble évident que la Ville fait preuve d'un manque flagrant de transparence. En somme, on ne sait rien. Les résultats sont inquiétants, et les réponses à nos questions le sont encore plus. Le système mis en place pour le rôle d'évaluation foncière est tout simplement farfelu. Le remettre en question me semble tout simplement logique et porteur de gros bon sens, conclut-il.

À lire dans la version papier du Progrès-Dimanche//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer