Quel spectacle!

Les participants de la première vague se traînaient... (Photo Louis Potvin)

Agrandir

Les participants de la première vague se traînaient les pieds sur la glace, profitant des derniers instants de ce périple stimulant.

Photo Louis Potvin

Partager

Sur le même thème

Louis Potvin
Le Quotidien

(SAINT-FÉLICIEN) Pas un seul participant de la première vague ne voulait débarquer du lac Saint-Jean dimanche matin. Ils se traînaient les pieds sur la glace. Toutes les raisons étaient bonnes pour prendre une gorgée d'eau ou manger une bouchée.

On s'extasiait devant la forme des glaces. Véritable casse-tête chinois qui nous démontre la force de la nature. À un endroit, la surface est lisse sur plusieurs dizaines de mètres. Des bulles d'oxygène sont prisonnières et la clarté nous démontre son épaisseur impressionnante. Quel spectacle! Le soleil nous chauffait le dos. Le bonheur.

Plus nous approchions le chalet d'accueil de Pointe-Taillon, moins nous marchions vite. Les deux Mario nous ont invités à accroître le rythme.

Moi, j'étais tiraillé entre la sensation de bien-être et l'envie de poursuivre et le goût de revoir mes enfants et ma conjointe. Je me suis résigné et franchi l'arche d'arrivée avec le même sourire de satisfaction que mes compagnons de voyage.

Grâce à Jeannine Verreault de Saint-Félicien, les participants ont pu se régaler d'une «turtle» en chocolat avant de prendre le départ dimanche matin. Ce genre de petites attentions donnent l'énergie aux gens de continuer. Surtout, c'est la logistique impeccable et la gentillesse de l'équipe qui permet la réussite de ce Double défi.

En plus de cette introspection qui permet de faire le vide, il est rare de faire le plein d'oxygène comme ça. Rares sont les moments dans notre vie où nous passons plus de 60 heures à l'extérieur. Pas de doute pour Mario Bilodeau; la nature soigne. Je rêve du jour où je suivrai un groupe de jeunes participant à une aventure thérapeutique.

Retour

J'ai été vite replongé dans le bain de la réalité, dimanche après-midi. Finale bruyante dans un aréna. Un paquet de tâches ménagères à faire.

Comme promis aux deux Mario, Isabelle et moi avons savouré un bon vin en levant notre verre pour ceux qui se préparaient à dormir une première fois sur le Piekouagami.

Fatigué, j'avais trop chaud dans la maison. Je regardais la glace de la rivière Ashuapmushuan, rêveur. Il s'en est fallu de peu que je chausse mes bottes pour aller faire une petite virée et retrouver la deuxième gang qui s'apprêtait à dormir à une température raisonnable.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer