Moratoire sur les projets de minicentrales

La Onzième chute «à l'étude»

Si le projet de minicentrale hydroélectrique sur la rivière Ouiatchouan à ... (Archives)

Agrandir

Archives

Partager

(Chicoutimi) Si le projet de minicentrale hydroélectrique sur la rivière Ouiatchouan à Val-Jalbert se réalisera, il pourrait en être autrement pour celui de la 11e chute de la rivière Mistassini.

Dans une entrevue diffusée dimanche soir à l'émission Tout le monde en parle, à Radio-Canada, la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a affirmé que le projet de Val-Jalbert a passé l'ensemble des étapes d'autorisation sous l'ancien gouvernement, ce qui n'est pas le cas pour six autres projets.

L'attaché de presse de Mme Ouellet, Patrick Ney, a confirmé au Quotidien que le projet de la Onzième chute fait partie des six qui sont à l'étude (voir tableau).

« Nous étudions chacun des projets, parce qu'il y a un contexte de surplus actuellement. Nous aurons une décision à prendre », affirme Mme Ouellet.

À noter que les préconsultations sont toutefois terminées dans ce dossier.

À qui la faute?

Les membres de la Coalition pour la sauvegarde de la chute Ouiatchouan à Val-Jalbert (CSOV) sont persuadés que Mme Ouellet ne dit pas la vérité lorsqu'elle affirme que le dossier de Val-Jalbert a été réglé sous le règne des libéraux.

« On voudrait que Mme Ouellet nous prouve qu'il n'y a plus rien à faire dans le dossier de Val-Jalbert. C'est très frustrant pour tout le monde. Nous n'avons pas du tout en main toutes les informations qui nous permettraient de croire que c'est la vérité », affirme l'une des membres de la CSOV, Marie Néron. Les membres de la CSOV ne « croient pas du tout », selon Mme Néron, à la version de Mme Ouellet. « Les promoteurs n'ont pas encore toutes les autorisations en main, alors quand on prétend que le dossier était réglé sous les libéraux, on a de la difficulté à accorder de la crédibilité à cela. »

Mme Néron souligne que des avis gouvernementaux ont été émis en novembre et même en décembre 2012. Le gouvernement de Pauline Marois a été élu le 4 septembre. Le décret donnant le feu vert au projet a été adopté le 5 décembre.

« Tous les accords avaient été donnés avant (que le Parti québécois soit porté au pouvoir), affirme l'attaché de presse de Mme Ouellet. Si nous avions annulé les accords, le gouvernement aurait dû assumer les coûts d'annulation des contrats. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer