Une cinquantaine de vaches périssent dans un brasier

Le feu survenu près du 3997 chemin Saint-Pierre... ((Photo Jeannot Lévesque))

Agrandir

Le feu survenu près du 3997 chemin Saint-Pierre a entraîné la perte d'un étable et du cinquantaine de vaches holstein.

(Photo Jeannot Lévesque)

Partager

Sur le même thème

Denis Villeneuve
Le Quotidien

(Chicoutimi) Un incendie a complètement détruit, ce matin, une étable située au 3997 chemin Saint-Pierre à Chicoutimi, entraînant la perte d'une cinquantaine de vaches Holstein appartenant aux jeunes agriculteurs Normand Gagné et Julie Defoy.

Sous une température atroce doublée de grands vents, les pompiers ont été appelés à se rendre sur les lieux vers 10h pour combattre l'embrasement général de l'immeuble, appartenant à Richard Bédard, animateur de radio à CKRS. Entre 15 et 20 pompiers ont été dépêchés sur place à la suite des quatre alarmes déclenchées.  

Selon le directeur aux opérations incendies, Carol Girard, dès l'arrivée des premiers pompiers, ces derniers ont adopté une position défensive en raison de l'intensité du brasier qui a fait grimper les flammes très haut dans le ciel. Les sapeurs ont protégé une résidence située tout près, mais la direction des vents venant de l'ouest a permis d'éviter le pire, a indiqué Christian Fillion, chef de division au Service des incendies de Saguenay. Aucune bête n'a pu être sauvée.

Les propriétaires des bêtes, présents sur place, Normand Gagné et Julie Defoy, semblaient bien découragés du sinistre survenu à l'étable qu'ils louaient. Ils ont indiqué que vers 6h ce matin, au moment de la traite, tout semblait normal à l'intérieur du bâtiment. Quelques heures plus tard, ils recevaient un appel les informant du déclenchement de l'incendie. Les jeunes agriculteurs étaient propriétaires du troupeau depuis trois ans et demi seulement. Quant au propriétaire de l'étable, Richard Bédard, ce dernier s'est montré avare de commentaires, mais a précisé que l'étable renfermait un tracteur et une motocyclette. Il était trop tôt pour estimer la valeur des dommages.

En raison du grand froid et des grands vents qui soufflaient dans le secteur, les pompiers n'ont pas eu la tâche facile d'autant plus qu'en l'absence de bornes-fontaines à proximité, des camions-citernes devaient transporter l'eau sur une distance d'environ 700 mètres. Le liquide était transvidé dans des bassins temporaires pour être pompé en direction du brasier.

//Plus de détails demain dans Le Quotidien

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer