L'avenir de l'usine Vaudreuil s'éclaircit

Rio Tinto Alcan (RTA) ne peut garantir actuellement l'exploitation de l'usine... (Photo archives)

Agrandir

Photo archives

Partager

(JONQUIÈRE) Rio Tinto Alcan (RTA) ne peut garantir actuellement l'exploitation de l'usine Vaudreuil pour des dizaines d'années à venir, mais la performance des travailleurs amène la direction de l'entreprise à analyser diverses options pour assurer le futur.

Dans son bilan de 2012, le président de Rio Tinto, Tom Albanese, indique que l'usine du complexe Jonquière a connu une année record avec une production de 1 397 000 tonnes d'alumine.

«Les performances de Vaudreuil sont très intéressantes. Elles permettent à la direction de travailler sur d'autres options afin de poursuivre les activités. L'usine doit demeurer compétitive. Nous voyons que les efforts des dernières années ont porté fruit», explique Claudine Gagnon, porte-parole des relations publiques pour RTA au Québec, ajoutant que tout est une question de marché et qu'il faut être à l'affût de ce qui se fait.

«Tant et aussi longtemps que les coûts sont bons et que l'usine est assez solide économiquement, ça nous permet de regarder pour le futur, d'analyser de nouvelles options», ajoute Mme Gagnon.

De son côté, Alain Gagnon, président du Syndicat national des employés de l'aluminium d'Arvida (SNEAA), affilié aux Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA), se réjouit de ces résultats tout en rappelant que les travailleurs ont mis les efforts pour y parvenir.

«Qui aurait pensé que l'usine Vaudreuil deviendrait une référence il y a cinq ans à peine pour la production de bauxite? Depuis cinq ans, nous travaillons pour assurer la survie de l'usine. Là, les pièces du puzzle se mettent en place et ça tombe bien. Les choses vont de mieux en mieux. Après la crise économique de 2008, RTA a réduit la production de 400 000 tonnes et on est passé proche de fermer. Mais on est passé au travers en trouvant des solutions», indique Alain Gagnon.

Bonnes nouvelles

Ce bilan de l'année 2012 se veut donc intéressant pour les quelque 800 travailleurs de l'usine du complexe Jonquière.

Il n'y a pas si longtemps, les nuages étaient assez noirs au-dessus de l'usine. La capacité d'entreposage des résidus de bauxite arrivait à terme et les coûts de production de l'alumine étaient trop élevés au goût des dirigeants.

Mais un premier nuage a commencé à se dissiper en 2010 lorsque le chef des opérations de RTA, Étienne Jacques, a annoncé un investissement de 10 millions de dollars pour agrandir de 10 hectares le site de disposition des résidus de bauxite, ce qui permettait de prolonger la durée de vie du site jusqu'en 2022.

L'autre épine aux pieds des travailleurs touchait les coûts de production de l'alumine. Or, au fil des dernières années, les travailleurs ont réalisé des efforts importants pour diminuer ces coûts de production.

Sbegin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer