Des déchets à L'Ascension après 2013?

Les citoyens de L'Ascension pourraient être contraints d'accueillir les déchets... (Photo archives)

Agrandir

Photo archives

Partager

(ALMA) Les citoyens de L'Ascension pourraient être contraints d'accueillir les déchets du Lac-Saint-Jean au-delà de la date limite du 31 décembre 2013.

Mercredi soir, dans le cadre de la séance régulière de la MRC de Lac-Saint-Jean Est, le président de la Régie des matières résiduelles (RMR) du Lac-Saint-Jean, Lucien Boily, a expliqué que le processus devant mener à l'aménagement d'un nouveau lieu d'enfouissement technique à Hébertville-Station est passablement ardu, notamment en raison de délais engendrés par l'appareil gouvernemental. Selon lui, le ministère du Développement durable, de l'Environnement, de la Faune et des Parcs ne cesse de poser des questions sur le projet, ce qui repousse la tenue d'audiences publiques du BAPE. Celles-ci étaient espérées en février prochain.

En 2007, la MRC s'était engagée à fermer définitivement le site actuel à la fin de 2013. L'objectif demeure le même quelque six ans plus tard, mais, soutient Lucien Boily.

À l'époque, on avait mentionné des pénalités de 4000$ par jour une fois la date fatidique atteinte. Cette somme devait être remise à la municipalité de L'Ascension. Selon une information obtenue par Le Quotidien, cette clause n'aurait cependant pas été inscrite à l'entente de 2007.

Une crise sans précédent

La fermeture du site d'enfouissement de L'Ascension avait donné naissance à une crise sans précédent à la MRC de Lac-Saint-Jean Est.

Entre autres faits marquants, la population de L'Ascension avait d'abord remercié de ses services le maire Claude Renaud, alors préfet de la MRC. Remplacé par le maire actuel, Louis Ouellet, celui-ci avait saisi le bâton du pèlerin au nom de ses citoyens et convaincu la presque totalité de ses homologues du secteur Nord de créer une alliance, laquelle s'était dissociée de la MRC.

La décision d'abandonner le lieu d'enfouissement de L'Ascension avait finalement permis une réconciliation des parties.

Interrogé sur la possibilité de repousser la date butoir, le maire Louis Ouellet a été bref, mais catégorique: «Des poubelles, ça se transporte n'importe où. Ils iront les mettre ailleurs.»

Si la MRC n'est pas en mesure de remplir ses engagements d'ici le 31 décembre 2013, il serait utopique de croire que les travaux seront complétés en hiver. Ainsi, le futur site de remplacement ne devrait être prêt qu'au printemps 2014.

Mst-Hilaire@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer