Motoneigiste porté disparu

«J'ai vécu une nuit d'enfer»

Vic Michaud, ce motoneigiste porté disparu dans la... ((Photo Gimmy Desbiens))

Agrandir

Vic Michaud, ce motoneigiste porté disparu dans la nuit de vendredi à samedi à Dolbeau-Mistassini, a eu la peur de sa vie.

(Photo Gimmy Desbiens)

Partager

Patricia Rainville
Le Quotidien

(DOLBEAU-MISTASSINI) «Nous avons vécu une nuit d'enfer.» Marjo Niquette, l'épouse de Vic Michaud, ce motoneigiste porté disparu dans la nuit de vendredi à samedi à Dolbeau-Mistassini, a eu la peur de sa vie. Elle a bien cru ne pas revoir son mari vivant.

Vic Michaud, policier de 65 ans à la retraite, a passé près de 24 heures dans la forêt. L'homme avait décidé d'aller faire une balade en motoneige en après-midi, vendredi. Il n'a été retrouvé qu'hier vers 14h.

Vendredi, Marjo Niquette était à Montréal, où leurs deux enfants demeurent. La dame est revenue en fin d'après-midi et a trouvé la maison vide. «Je ne me suis pas trop inquiétée au début, je pensais bien qu'il reviendrait pour le souper. Mais à 20h30, j'ai commencé à être très inquiète», raconte la dame.

Vic Michaud était parti depuis plusieurs heures déjà. Il pleuvait et la nuit était tombée.

Le policier retraité est parti seul en motoneige dans les sentiers non loin de chez lui. Lors de sa balade, deux autres motoneigistes sont passés à vive allure à côté de lui, le forçant à dévier de sa trajectoire. Vic Michaud et son engin ont atterri au fond d'un ravin. Il était alors impossible pour M. Michaud de déplacer la motoneige enlisée. Il ne pouvait pas non plus regagner les sentiers, étant pris au piège au fond du ravin.

Le sexagénaire a donc décidé d'attendre sagement. Heureusement, sa chute ne l'a pas blessé.

Seul sous la pluie

Évidemment, plus les heures passaient, plus les chances qu'on le retrouve étaient minces, puisque les sentiers ne sont pas vraiment achalandés en pleine nuit. M. Michaud a donc dû se résoudre à passer la nuit à la belle étoile. Seul et sous la pluie.

Pendant ce temps, Marjo Niquette était morte d'inquiétude. Sur le coup de 23h, elle a décidé d'alerter les autorités. Rapidement, un plan de recherche a été mis en branle. Il fallait toutefois attendre le lever du jour pour entreprendre les recherches dans les bois. Durant plusieurs heures samedi, les policiers, mais aussi plusieurs proches et connaissances de Vic Michaud, ont arpenté les sentiers.

C'est vers 14h qu'un autre motoneigiste a aperçu la victime, au fond du ravin. M. Michaud était sain et sauf, mais évidemment épuisé et, surtout, trempé de la tête aux pieds.

Vic Michaud dit ne pas avoir eu peur. Il savait bien que quelqu'un le retrouverait. Mais son épouse, elle, a eu la peur de sa vie. «J'ai vraiment vécu une nuit d'enfer. J'étais tellement contente de le retrouver sain et sauf. J'étais tout le temps en communication avec nos enfants à Montréal. Je n'avais jamais vécu une telle mésaventure», confie la dame de Dolbeau-Mistassini.

Plus de détails dans la version papier du Progrès-Dimanche//

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer