La faute aux imprévus, assure le maire

Le maire Jean Tremblay... (Archive Jeannot Lévesque)

Agrandir

Le maire Jean Tremblay

Archive Jeannot Lévesque

Partager

(LA BAIE) Si Saguenay offre un compte de taxes moins élevé par rapport aux villes de même envergure au Québec, c'est que Jean Tremblay a tout simplement décidé d'éliminer la partie du budget alloué aux imprévus de chaque département.

À la conclusion d'une séance du conseil municipal relativement tranquille et courte, le maire de Saguenay a été interrogé par le citoyen Serge Grenier, de Chicoutimi. Ne cachant pas qu'il conteste la méthode du maire, M. Grenier a voulu connaître ses trucs pour en arriver à ce résultat.

« Je ne comprends pas comment vous faites pour y arriver! Pourtant, vous dites que le coût des services est le même ici qu'ailleurs et que le déneigement et l'essence demandent un plus gros budget en raison de l'étendue de la ville et des côtes que l'on y retrouve. Donnez-moi des vrais exemples pour expliquer un compte de taxes moins élevé et qui feraient en sorte de fermer la trappe à ceux qui critiquent et à moi-même! Je veux que vous nous montriez qu'il ne s'agit pas d'une fumisterie «, a lancé le citoyen Grenier.

Le maire ne s'est pas fait prier pour répondre et expliquer le phénomène. Il s'en est tenu à quelques exemples seulement. Il a d'abord précisé que le chiffre de 648 $ était confirmé par le ministère des Affaires municipales (MAMROT) et non par lui.

« C'est assez simple, ce sont les imprévus. Il y a quelques années, chaque département se gardait, annuellement, une marge de manoeuvre de deux, trois ou quatre millions pour faire face aux imprévus. Trois grosses tempêtes de neige au lieu d'une, plus de manifestations ou plus d'incendies. Des au cas où. Et s'ils n'avaient pas utilisé le montant, ils le dépensaient afin d'avoir les mêmes budgets l'année suivante. «

« Je me suis donc organisé pour récupérer ces montants imprévus. J'ai dit que je donnerais l'argent si cela s'avérait nécessaire. On est parvenu à économiser de 30 à 40 M$ par année sur un budget de 290 M$. Et vous savez quoi! Personne ne vient me demander un budget supplémentaire «, a exprimé le maire.

Deuxième pont

Jean Tremblay appuie aussi la démarche du conseiller municipal Marc Pettersen qui réclame une étude pour un deuxième pont sur la rivière Saguenay

« Ça ne se fera pas demain ou l'an prochain. Ça prend du temps des dossiers comme celui-là. Ç'a pris 20 ans à la conseillère Marina Larouche pour avoir une route divisée dans la Réserve faunique des Laurentides. Mais ça prend quelqu'un pour porter le flambeau et M. Pettersen s'en occupe. On verra si le conseil adoptera une résolution en ce sens «, dit-il.

Dans un autre ordre d'idées, Produits forestiers Résolu (PFR) voit l'évaluation des bâtiments de son usine de Kénogami passer de 37,1 à 31 M$ à la suite d'une contestation. Saguenay recevra dorénavant 1,14 M$ en taxes municipales industrielles. Le maire explique que cette nouvelle évaluation sera en vigueur à compter de 2013. Il n'est pas question de rétroactivité...

Saguenay lance le processus pour des travaux d'infrastructures. Des investissements de 18,4 M$, dont 17,9 M$ seront empruntés...

Sbegin@lequotidien.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer